Marie-Madeleine : Communication personnelle

9 Juillet 1992
Reçu par D.L.

Je vous aime, mon cher frère en Christ, et je viens aujourd’hui, avec beaucoup de plaisir, vers vous afin de vous adresser, ainsi qu’aux merveilleux administrateurs de l’église, mes plus humbles remerciements pour le très beau travail que vous faites tous pour répandre les vérités de notre Père dans le monde qui a si désespérément besoin de ses vérités et, plus important encore, de son Amour Divin. Je suis votre humble sœur dans le Christ, que vous connaissez sous le nom de Marie-Madeleine, mais qui est maintenant simplement l’un des enfants de Dieu qui réside dans l’une de Ses glorieuses Sphères Célestes, et parmi ceux qui ont également subi une transformation de l’âme pour devenir les véritables enfants divins de notre Père. Et, bien sûr, avec moi, se trouve mon bien-aimé compagnon d’âme, Jésus, qui est le Maître des Cieux Célestes, mais qui vient souvent dans l’atmosphère parfois interdite du plan terrestre pour aider ceux qui ont faim car ils ne savent pas quoi, ou qui tendent la main à leur âme pour obtenir l’Amour et l’Assistance du Père afin de les sortir de leur désespoir et de leur redonner une vie d’espoir et de bonheur.

Et, bien sûr, mon Jésus bien-aimé vient souvent à vous et aux administrateurs pour vous offrir sa présence, son amour et son soutien dans tous vos efforts au nom du Royaume. Vous ne devez jamais sentir que l’un d’entre vous est seul et sans le soutien de ses anges gardiens et des esprits bons et aimants qui ne sont que trop disposés à vous servir dans vos efforts et votre merveilleux travail pour le Père. Je sais que vous en doutez parfois, en pensant que ces bons esprits doivent avoir un travail bien plus important à accomplir que de passer leur temps sur le plan terrestre à vous aider. Mais dans cette pensée, vous vous trompez lourdement. Vous devez certainement savoir qu’il n’y a pas de travail pour le Père qui soit considéré comme insignifiant ou sans importance. Et lorsque le travail entrepris implique quelque chose d’aussi important que le salut même de l’humanité, comment pourrions-nous jamais considérer que cela n’est pas digne de notre attention pleine et soutenue ?

Je sais que, dans vos pensées, vous avez souvent pensé à moi par rapport à mon âme sœur, et vous avez senti que cela pourrait très bien servir la cause de la Vérité si j’apportais un message aux mortels, et un message déclarant en particulier que Jésus est mon âme sœur et n’est pas Dieu, le « Fils », « Il est assis à la droite du « Trône » du Père, mais n’est qu’un esprit comme moi (et vous en tant qu’enfants créés), bien que le plus grand esprit de tous les Cieux, et que nous suivons sans poser de questions pour tout ce qui concerne parfois les subtilités de la Volonté du Père.

Eh bien, je voudrais dire que je suis moi aussi très soucieuse que les soi-disant « Chrétiens » comprennent la vérité de la question, et cessent une fois pour toutes d’adorer mon bien-aimé qui lui-même abhorre cette pratique. Mais vous devez comprendre, cher D___, que le monde n’est pas toujours prêt à recevoir certaines vérités, et aussi que certaines vérités sont plus importantes à communiquer avant que d’autres ne soient présentées.

Les travaux que vous et les administrateurs présentez en ce moment au monde sont les vérités les plus propices pour que l’humanité commence à recevoir et à digérer. Au cours de la réception et de l’incorporation de ces vérités – et, plus important encore, en les embrassant et en devenant leurs propriétaires par l’amour du Père – une conséquence naturelle sera qu’il sera bien compris que mon Maître, Jésus, n’est pas Dieu mais l’un de ses fils les plus aimés. La Vérité reçue de cette façon – par l’âme, je veux dire – est en réalité la meilleure façon de communiquer la vérité sur le statut de Jésus, alors que le simple fait de le déclarer au monde sous la forme de mon message ne peut qu’être accueilli avec beaucoup d’incrédulité, ce qui peut conduire à de nombreuses dissensions ; et c’est quelque chose que nous souhaitons éviter.

Il est déjà assez difficile de franchir les barrières mentales de l’humanité sans apporter ce qui ne fera qu’accentuer l’étroitesse d’esprit dans le récit. En outre, comme vous le savez bien, c’est l’Amour salvateur du Père qui est et doit toujours rester notre message central. D’autres faits, peut-être aujourd’hui contestés, seront clarifiés et acceptés si l’humanité cherche d’abord le Père et son Amour rédempteur.

Ainsi, mon cher frère en Christ, bien que votre suggestion ait du mérite, le message que je vous adresse aujourd’hui est que le moment de cette proclamation et de la révélation du véritable statut de mon bien-aimé aura le plus grand effet si elle est introduite lentement par la porte de derrière, si vous voulez, plutôt que de tenter de crier cette vérité sur le toit, comme le font deux de vos expressions pittoresques.

Bien sûr, personnellement, je ne pourrais jamais me lasser de déclarer que Jésus est mon véritable compagnon d’âme, car je l’aime d’un Amour qui me consume équitablement de béatitude. Et, bien sûr, je suis très souvent à ses côtés pour affirmer en silence que lui et moi sommes unis dans l’âme et dans l’Amour du Père. Mais je suis aussi très humble, et mon plus grand souci est de le soutenir le plus possible pour que la mission de mon bien-aimé en tant que Messie de Dieu reçoive la pleine reconnaissance qu’il mérite vraiment et richement. Son début merveilleux sur terre, aussi grand soit-il, n’était que le début de sa mission et de ses enseignements. Et sa mission et ses enseignements ne cesseront pas tant qu’il n’aura pas été décrété que nos Cieux Célestes sont complets.

Vous vous êtes parfois demandé où je vis par rapport à Jésus, et vous avez eu raison de penser que sa véritable demeure se trouve dans un plan plus élevé que le mien et de comprendre qu’il peut vivre et vit effectivement dans tous les plans – partout où il choisit de concentrer son attention et son travail. Et vous avez également raison de penser que nous partageons une maison dans le plan où je réside – une maison où mon bien-aimé et moi passons de nombreuses heures heureuses, selon votre temps, à partager nos joies dans notre amour et nos succès, ainsi que notre déception passagère lorsque nos progrès pour faire accepter notre bonne nouvelle aux autres ne sont pas aussi efficaces et fructueux que nous l’avions espéré. Car vous devez sûrement savoir que, tout comme sur terre, même dans les Cieux célestes, nous connaissons nos déceptions occasionnelles. Mais ici, dans l’Amour nourricier et restaurateur du Père, l’Amour est si grand qu’aucune déception que nous pourrions avoir ne dure longtemps, ou n’est remplacée par l’afflux renouvelé de l’Amour du Père et la disparition de tout ce qui n’est pas en parfaite harmonie avec cet Amour.

Notre travail, tout comme le vôtre, ne nous apporte pas seulement de la joie, mais aussi un épanouissement permanent. Et bien que nous souhaitions nous aussi progresser plus rapidement et davantage pour amener tous les enfants de Dieu dans Son Cercle d’Amour, nous ne nous lassons jamais de notre travail et nous ne manquons jamais d’en être merveilleusement satisfaits. Et lorsque vous et les autres administrateurs vous vous joindrez à nous, votre travail continuera comme avant, sauf que vous serez alors à nos côtés dans ce privilège très glorieux d’aider à la réalisation de la volonté du Père et des désirs de ses enfants.

Comme vous êtes un peu fatigués maintenant, je pense qu’il vaut mieux que nous nous arrêtions pour l’instant. Mais avant cela, je tiens à vous remercier personnellement pour toutes vos pensées aimables et affectueuses en mon nom. Et mon bien-aimé, qui se tient maintenant à mes côtés, ajoute également ses remerciements et son appréciation, car il sait qu’une grande partie de votre affectueuse sollicitude a également contribué à rétablir son véritable statut et sa véritable identité dans le monde. Ainsi, mon frère bien-aimé, je vous laisse maintenant avec l’invitation permanente à faire appel à moi, si vous le souhaite . Je ne manquerai pas de vous rendre visite à nouveau pour partager notre amour mutuel et pour le plus grand bénéfice de ceux qui, à l’avenir, pourraient lire nos communications.

Que le Père continue à répandre sur vous Son Amour en grande abondance.

Votre sœur dans le Christ, Marie, autrefois enfant déchue mais jouissant maintenant de toute la béatitude d’une âme pleinement rachetée et de l’amour de la plus grande âme sœur de tous les Cieux de Dieu.

Personnellement, je doute de l’exactitude de l’affirmation selon laquelle Marie Madeleine et Jésus sont des âmes sœurs. Nous laissons au lecteur le soin de discerner la vérité de cette conclusion.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-1984-2000/mary-magdalene-personal-communication-dl-9-july-1992/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s