Judas, en tant que frère et ami, exhorte M. Padgett à ne pas permettre à son mental physique de contrôler sa conscience spirituelle, ce qui obscurcit les facultés de l’âme et empêche tout rapport avec les esprits supérieurs.

1er Décembre 1916
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Judas. Je ne dirai que quelques mots ce soir, car je vois que vous n’êtes pas en mesure d’écrire un long message.
Je veux dire que chaque fois que vous laissez les pensées de votre mental matériel contrôler votre conscience spirituelle, le résultat est que vous souffrez d’un obscurcissement des facultés de l’âme, et, en conséquence, d’une impossibilité d’entrer en relation avec les esprits supérieurs, leur condition de vérité élevée et le bonheur qui accompagne nécessairement l’association de ces esprits avec votre essence spirituelle. Vous comprendrez donc l’importance de garder les pensées purement mentales qui sont créées par l’exercice des cinq sens, et des facultés de raisonnement qui en découlent, subordonnées aux perceptions de l’âme qui découlent de la condition d’harmonie de cette âme avec les vérités du Père.
Je sais que, parfois, les soucis et les soucis de la vie amèneront les facultés mentales à opérer de manière à obscurcir ou à rendre presque inexistantes ces facultés de l’âme, qui seule peut percevoir et comprendre les vérités spirituelles de Dieu, qui sont les seules vérités qui peuvent rendre les hommes vraiment heureux et capables de profiter des bénédictions que le Père leur accorde. Je fais ces suggestions abstraites pour que vous puissiez les appliquer à votre propre état d’esprit, tel qu’il existe depuis quelques jours, et, en les appliquant, vous réaliserez la force de ce que je dis.
Vos inquiétudes, et votre crainte d’une détresse imminente et de l’incapacité à satisfaire vos exigences, vous ont éloigné, dans une large mesure, des vérités supérieures et des rapports que vous avez jusqu’ici appréciés et possédés, et ces inquiétudes vous ont causé beaucoup de malheur. Mais, étant mortel, et réalisant les exigences qui vous sont imposées en tant que mortel, il peut vous sembler tout à fait naturel d’être dans cette condition d’inquiétude et de crainte, sans pouvoir réaliser que ces conditions spirituelles supérieures sont les plus désirables, et les seules qui vous apporteront bonheur et liberté sans souci.
Je sais que, tant que vous serez mortel, les soucis de la vie feront partie de votre vie, et qu’ils auront un poids suffisant pour exercer une puissante influence sur votre pensée et votre action, que vous serez à peine capable de faire éclore les pensées et le bonheur spirituel qui découlent toujours de ces choses, afin de mettre de côté, et rendre irréelles, ces conditions matérielles. Pourtant, une telle chose est possible, et vous pouvez réaliser cette condition si désirable si vous ne suivez que les conseils qui vous ont été donnés par vos amis esprits. Priez le Père et croyez.
Non, c’est vrai. Cette condition désirée ne vous apportera pas, en elle-même, ces choses dont vous parlez, mais elle vous aidera à endurer leur absence dans une plus grande mesure que vous ne pouvez l’imaginer. Ce n’est pas non plus le fait que vous vous inquiétiez et que vous vous fassiez du souci qui en est la cause ; mais lorsque vous avez ce besoin ainsi que l’état d’esprit généré par l’inquiétude et la crainte, vous avez un double fardeau et un fardeau qui fait beaucoup de mal. Alors, laissez-moi vous conseiller de faire tous les efforts possibles pour vous mettre dans cette condition dans laquelle ces acquisitions spirituelles vous placeront, et de vous fier aux promesses qui vous ont été faites en ce qui concerne les choses matérielles.
Je désire simplement écrire ceci ce soir pour vous encourager et vous assurer que vous n’avez pas besoin de laisser les soucis et les craintes de l’avenir, quant à ces désirs matériels, prendre possession de vous et atténuer le bien-être spirituel qui peut être le vôtre. Vous ne serez pas abandonné dans les détails mentionnés, vous devez vous fier aux promesses qui vous ont été faites, et vous verrez que vous ne serez pas abandonné. Réfléchissez donc à ce que Je dis ici, et tournez vos pensées vers l’Amour du Père et vers les promesses des esprits qui s’intéressent tant à vous. Je n’écrirai pas plus maintenant. Avec mon amour et l’assurance que ce qui a été promis, vous l’obtiendrez, je suis,
Votre frère en Christ,
Judas.158
_______________
158 En 2001, un médium de l’Amour Divin a commencé à recevoir des messages de Judas, qui a délivré environ 180 messages. Ces documents peuvent être lus sur le Web de la Nouvelle naissance (https://lanouvellenaissance.wordpress.com/), dans la section « Messages de Judas ». Ils ont également fait l’objet d’une publication, au format livre broché ainsi qu’au format livre électronique de Kindle. (G.J.C.)

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-3/judas-urges-mr-padgett-not-to-permit-his-material-mind-control-his-spiritual-consciousness-vol-3-pg324/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s