Hélène, Mme Padgett, répond à un appel de rêve de M. Padgett.

Le 4 Décembre 1915
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Hélène.
Eh bien, mon chéri, je t’ai entendu m’appeler lors de ton réveil, après ton rêve, et je suis venue à toi et je t’ai aimé de tout mon cœur. Je sais quel était ton rêve, car j’essayais de venir à toi dans ton sommeil afin que tu réalises ma présence, et je suis venue comme j’aurais pu t’apparaître sur terre si je vivais maintenant ; mais tu ne dois pas penser que je ne t’aimerais pas car je le voudrais, et mon apparence n’indique pas que je ne t’aime pas. J’avais seulement l’air un peu triste et j’ai montré que je voulais ta sympathie et ton amour. Alors ne présume pas du rêve que je ne t’aimais pas.
Je t’ai entendu m’appeler plusieurs fois, je suis venue à toi et j’ai réalisé à quel point tu te sentais seul et combien tu me désirais, et combien je te suis nécessaire. Oh, mon chéri, pense seulement que dans quelques années tu seras avec moi et que nous ne nous séparerons plus jamais, et que notre amour sera si grand que jamais rien ne pourra nous apporter le malheur ou le mécontentement. Je t’aime de tout mon cœur et de toute mon âme et tu dois m’aimer de la même manière, et penser à moi très souvent et souhaiter le meilleur pour moi, comme tu l’as fait hier soir.
Le rêve n’avait pas de signification particulière, mais était simplement destiné à te montrer que ta petite femme était toujours avec toi, et que même si elle ne pouvait pas venir à toi en chair et en os, elle le pouvait dans tes rêves. Elle était exactement comme elle aurait pu te paraître aux premiers jours de sa vie conjugale, et elle essayait de te montrer comme elle était belle, même en tant que mortelle, parce qu’elle pensait que, peut-être, tes souvenirs de ces jours-là étaient devenus sombres et obscurs.
Ainsi, tu vois, nous pouvons être les uns avec les autres dans nos écrits, dans nos visions, dans nos communications vocales et dans nos rêves. Ne devrions-nous pas être reconnaissants au Père pour ces grands privilèges. Je pense si souvent au grand don qu’il t’a fait, à notre capacité à devenir si proches les uns des autres dans la communion consciente, et je me demande pourquoi. Mais lorsque je considère le travail pour lequel tu as été choisi, je ne m’étonne pas que ce travail soit d’une telle importance que tu doives avoir le don qui t’a été accordé, ainsi que les autres grandes forces qui te seront données.
Comme je l’ai dit hier soir, le pouvoir de l’inspiration est aussi le tien, et si tu cherches à le cultiver, tu trouveras que tu pourras exprimer les pensées de certains des plus grands esprits que nous avons dans notre monde spirituel supérieur, et tu seras non seulement surpris par ce qui peut passer ainsi par toi, mais aussi tes auditeurs se demanderont et croiront que tu es un homme et un orateur merveilleux et sage. Mais tu comprendras que ce ne sera pas toi qui parlera vraiment, mais les esprits qui seront peut-être derrière toi.
Non, cela n’interférera pas avec tes capacités d’écriture, mais au contraire, cela aidera et augmentera ces capacités, car souvent, lorsque nous écrivons, si seulement nous pouvions te dire en guise d’inspiration ce que nous voulons exprimer, beaucoup de choses seraient plus facilement transmises au papier, alors que maintenant nous devons faire le travail physique de bouger ta main et utiliser ton cerveau. Tu vois, il est donc très souhaitable que tu cultives cette phase de médiumnité, car le bien que tu seras capable de faire est au-delà de tout calcul.
Non, je n’ai pas entendu dire qu’il (Ed Thomas) est passé, et je ne connais aucun de ses amis ici, mais je vais essayer de le trouver, de lui parler et de lui dire que tu m’as envoyé vers lui, et s’il a besoin d’aide, je vais essayer de l’aider, et s’il le désire, je vais te l’amener et le laisser écrire. Tu vois, si nous pouvons faire du bien à un esprit, nous sommes toujours prêts à le faire.
Ne penses-tu pas que nous ferions mieux d’arrêter maintenant, car tu es fatigué, même si tu ne t’en rends peut-être pas compte.
Eh bien, mon chéri, je t’aime de tout mon cœur et de toute mon âme et je resterai avec toi, je te consolerai et te ferai sentir ma présence. Je suis si heureuse que tu m’aimes tant et que tu me veuilles autant que toi avec toi ; mais nous devons observer les lois qui régissent nos communications, et il n’est pas préférable pour nous d’écrire davantage en ce moment.
Je viendrai ce soir et te parlerai encore de mon amour.
Alors, avec tout mon amour, je te dis au revoir.
Ta vraie et bien-aimée,
Hélène.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-3/helen-mrs-padgett-answers-a-dream-call-from-mr-padgett-vol-3-pg253/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s