Tolkien fait son rapport

Esprit : Tolkien
Date : 29 Juillet 2002
Lieu : New York City.
Médium : PJR

Je suis J. R. R. Tolkien, et je vois que vous savez comment épeler mon nom maintenant.

Je voulais juste revenir vers vous avec un rapport sur ce qui s’est passé au cours des mois, comme vous suivez le temps, depuis que je vous ai écrit pour la première fois et que vous m’avez lancé sur ce chemin vers les sphères spirituelles supérieures.

Oui, je suis allé avec A.G. Riddle (voir le message du 17 Janvier 2002) et il m’a d’abord parlé de ce dont vous parliez – l’Amour Divin qui constitue le Père de nous tous. Puis, comme j’étais très curieux, il m’a parlé de votre vie, de vos activités depuis la mort de votre père et de la façon dont vous avez  » découvert  » les messages de M. Padgett, que j’ai rencontré et comment, au début, il s’agissait plutôt d’un travail intellectuellement satisfaisant pour vous ; puis comment vous avez eu l’idée, sans que personne ne vous en parle, de commencer à prier pour que l’Amour Divin du Père entre dans votre âme – ou votre être-âme comme vous insistez à l’appeler ; et il m’a informé (comme si je ne pouvais pas commencer à voir par moi-même après un certain temps) de ce que vous avez fait depuis lors et de sa signification.

Oui, je vois votre désir de me poser des questions. Je comprends que vous vous battiez pour ne pas vous immiscer et pour me laisser dire ce que je vais dire : merci.1

Mon rapport est donc le suivant, puisque vous ressentez maintenant mon émotion : J’ai pleuré à la fois des larmes de remords sur ce qui aurait pu être et n’a pas été dans ma vie, et des larmes de joie à l’idée qu’il puisse y avoir un espoir d’une chose aussi incroyablement merveilleuse que cette offrande à tous, l’essence même de notre Créateur – une offrande qui, lorsqu’elle est acceptée de manière appropriée, devient une partie de l’être humain afin de (lui) permettre d’expérimenter un peu de Lui, pour ainsi dire – de vivre : une partie de Lui.

On peut voir cette chose comme une possibilité avant de l’atteindre réellement. Donc, des larmes de joie et de tristesse – j’ose dire de soulagement.

(Je comprends ce que vous voulez dire (par soulagement).)

Oui, je peux voir vos soupirs de soulagement à propos de votre futur éventuel. Et les soupirs sont vrais car cet avenir est vrai, si vous le poursuivez activement.

Donc, comme je l’ai dit, j’ai parlé pendant un très long moment avec Riddle ici présent, et je vois que vous venez de réaliser ce que nous avions, ou avons, en commun, et pourquoi il serait un interlocuteur approprié pour moi. Nous sommes tous les deux auteurs de livres publiés sur terre ; vous n’avez donc pas à être surpris que ce soit lui – en plus du fait qu’il vous connaît si bien et (qu’il connaît) le message que vous m’avez indiqué lorsque je vous ai écrit la première fois.

Oui, comme vous pouvez le constater, le désir de l’écrivain est profond chez certains d’entre nous, et ainsi de suite : Penser que je peux – d’une certaine manière – écrire à nouveau. C’est une merveilleuse opportunité de le faire à nouveau, et au-delà de toute description, ce que cela signifie pour quelqu’un comme moi, et bien sûr pour A G R2 aussi.

Alors merci pour cela, ou laissez-moi le dire de cette façon : Permettez-moi de vous exprimer mes remerciements, premièrement : pour la chose la plus importante, votre désir et votre effort pour me parler du grand cadeau des Pères annoncé par Jésus il y a 2000 ans, et deuxièmement : merci pour l’opportunité de pouvoir écrire quelques mots de retour sur terre – le jardin d’où mon voyage a commencé.

Pour répondre à votre question : J’ai suivi votre conseil et poursuivi le chemin que vous m’avez indiqué, et l’effet a été positif de manière très bénéfique. Je vois que vous souffrez d’une réticence à me permettre de dire dans quelle sphère j’ai progressé.

[longue pause]

Vous voyez ? Vous ne pouvez pas continuer. P__, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas essayer de vous faire écrire ce que vous ne pouvez pas, pour le moment. Et s’il vous plaît, ne vous inquiétez pas de vos lacunes.2

[Je suis désolé de ne plus avoir d’ENCRE. S’IL VOUS PLAÎT, revenez pour terminer votre message].
Ainsi, alors que vous utilisez votre stylo, maintenant, en tant que scribe, je vous dirai de ne pas vous inquiéter. Vous ne m’avez pas coupé la parole. Je reviendrai une autre fois.

Avec mon amour pour vous, et l’amour du Père,

Je suis J. R. R. Tolkien.

1 Il me vient finalement à l’esprit, en relisant ceci le 7⁄30, que les esprits écrivains reconnaîtront quelque chose dans mon esprit en faisant une remarque à ce sujet lorsqu’ils verront que quoi que ce soit, cela ne disparaîtra pas, mais continuera à s’immiscer dans la session. Une fois qu’ils l’ont reconnu, le problème est résolu !

2 A G R (Albert Georges Ridle) fut un ancien collègue avocat de James Padgett qui a très souvent communiqué à travers lui au cours des années 1914 à 1920.

3 De toutes les malchances : mon stylo à bille était complètement sec vers la fin du message, et je n’avais pas d’autre instrument d’écriture.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/contemporary-channelled-messages-year-2002/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s