La relation entre l’artistique et le spirituel

10 Janvier 2003
Santa Cruz, Californie
Reçu par F.A.B.

C’est moi, Beethoven.

Je viens ce soir pour te transmettre un message concernant la relation entre l’artistique et le spirituel. Nous voyons comment tu as eu faim de clarté sur ce sujet, même si ta compréhension s’est accrue.

Eh bien, pour commencer, tu reconnais que le don artistique vient de Dieu. En tant que tel, il a ses propres lois et règles, selon le don qui lui est accordé. L’une de ces lois est que la personnalité de l’artiste est en harmonie avec le don, c’est-à-dire que le don s’exprime à travers la façon dont la personnalité artistique se manifeste.

Une autre loi, que vous reconnaissez, est celle du libre arbitre, c’est-à-dire que l’artiste est totalement libre de choisir comment il manifestera ses désirs d’expression.

Bien sûr, ces lois sont évidentes. Mais dans le cas d’une œuvre d’art exceptionnelle, c’est-à-dire universellement reconnue comme grande, d’autres lois fonctionnent. La loi de l’universalité dit que chaque génération qui se succède trouvera un sens à l’œuvre, et la verra d’une manière légèrement différente. Cela aussi est évident.

Ici, dans le monde spirituel, nous n’avons pas le passage du temps, ni de générations différentes. Nous avons simplement l’artiste spirituel et son œuvre. Or, dans les sphères avancées, TOUTE œuvre d’art est grande, car le développement de l’âme de l’artiste spirituel exclut l’échec ou un art de seconde zone. Ainsi donc, par exemple, nous avons nos équivalents de la Joconde (c’est-à-dire des icônes artistiques) sans le facteur temps-génération. C’est-à-dire que nous avons notre grand art sans le changement qui vient, dans la vie mortelle, avec le passage du temps.

J’ai énoncé quelques lois évidentes pour expliquer que la relation entre le spirituel et l’artistique est aussi subtile qu’évidente. L’œuvre d’art qui, dans la vie mortelle, survit à l’épreuve du temps, a son équivalent ici dans le monde des esprits. Au fur et à mesure que les esprits avancés grandissent dans l’Amour Divin, ils laissent naturellement derrière eux certaines perceptions et grandissent dans des perceptions plus grandes. Ainsi, une œuvre d’art, par exemple, produite par un cinquième sphérien (habitant de la cinquième sphère), n’aura évidemment pas le même attrait pour un septième sphérien (habitant de la septième sphère). Comme pour tout le reste, le développement de l’âme détermine la profondeur de l’œuvre, même si sa valeur artistique reste la même.

Il est difficile de discuter de ce sujet avec des mots de mortel, même si j’ai une compréhension avancée du sujet, et c’est parce que la production artistique dans les sphères supérieures de l’âme, fonctionne d’une manière différente de celle de la vie mortelle. C’est ainsi que, comme vous le savez, nous créons des choses avec nos pensées, qui sont tout aussi réelles qu’une peinture ou une sculpture dans la vie mortelle.

Je vais conclure ici. Ce message est un préambule à d’autres messages qui traiteront plus en détail de ce sujet important. Il a été estimé que ce message pouvait servir d’introduction au sujet.

Vous vous demandez pourquoi j’ai été choisi pour discuter de ce sujet. Eh bien, nous sommes tous capables de le faire, mais mon don se prête plus facilement à l’interface entre les mortels et les esprits.

Passez une excellente soirée.

Avec amour, Beethoven.

Lien vers le message spirituel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-2003/the-relationship-between-the-artistic-and-the-spiritual-fab-10-jan-2003/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s