Difficultés à atteindre le Père

24 Avril 2002
Reçu par PJR
New York City

[OK, je vais écrire. Bien que je ne sache pas ce que tu as à dire.
Je t’aime,
PJR.
]

C’est moi, ton père,

Et tu dois savoir combien j’aime m’asseoir et prier le Père avec toi – comme nous venons de le faire.

Ta vie est tellement remplie d’affaires terrestres ; je vois que tu aspires à une existence plus simple – une existence que, comme tu l’imagines, les nuages du ciel t’offriront. Souviens-toi que ton séjour là-bas n’est qu’un après-midi de travail et de soupirs, d’apprentissage et de choix – un après-midi qui se déroule comme tu le fais ; mais une longue vie est aussi peu qu’un jour quand on considère la promesse de ton existence.

Tes questions, toujours tes interrogations et tes questions : Tout au long de ta vie, tu as fait cela. Tourne-toi vers le Père avec celles-ci. Posez-lui tes questions. Il t’apportera tes réponses – en les donnant dans l’ordre le plus approprié, au moment le plus propice à ta croissance.

Il semble que tu attends depuis si longtemps, alors que le temps passe. Tant de questions, et si peu de progrès observés. Oh oui, tes progrès : Tu les mesures par les réponses aux questions. Mais est-ce vraiment un progrès ? Tu désires progresser aux yeux de notre Père, mais tu mesures le progrès par les réponses aux questions. Mesures-tu vraiment la bonne chose ? Oh combien il serait mieux d’ouvrir ton cœur à Lui – comme un petit enfant – avec l’espoir, le désir et le besoin, plutôt que de cocher tes accomplissements et de prendre la connaissance comme si c’était un progrès ou une sagesse.

Sois une âme reposée et patiente.

Voilà. Ton propre soupir te dit combien c’est mieux pour toi, si tu pouvais être ainsi, et mesure tes « progrès » non pas en fonction de ce que toi ou un autre décide, mais laisse cela au Père – en te rendant sensible à Sa Voie.

Lorsque tu libères l’emprise que tu as sur ta vie pour qu’Il y entre, tu commences à dénouer ce qui a été fait lorsque tu as choisi ton idée de progrès plutôt que Son Désir pour ton chemin. Ce n’est pas un travail d’invoquer son Saint-Esprit, à moins que ton désir n’aboutisse à un travail que tu fais.

Oh, tu me reçois assez bien pour comprendre ce que je veux dire.

Et maintenant ? Vas-tu encore mesurer tes propres progrès en jugeant de la qualité des « écrits » que tu fais ici ? Tu écris ce que je te donne suffisamment bien pour comprendre ce que je dis.

Si le type de support que tu es correspond mal à l’une de ces catégories, commencerais-tu à me dire que ça ne marche pas ? Prends tout au pied de la lettre et tire-en ce que tu veux.

Je vois que notre temps est écoulé.

Merci d’avoir essayé d’écrire.

Je t’aime, papa

[Ai-je bien reçu le message de ce matin ?
Love, PJR
.]

Tu sais que c’est le cas ; tu ne veux simplement pas – ou tu as peur – de laisser tomber tes doutes.
Tu ne vas pas expérimenter ta médiumnité de la manière dont tu le voudrais. Ce sera toujours comme si tu essayais de t’agripper à des choses ou des ombres hors de ta portée.

Tu avais raison plus tôt dans la journée quand tu as réalisé que tu essayais de vivre dans deux mondes différents, et toujours l’un ou l’autre te paraîtra plus réel. Cela ne fait aucune différence de savoir lequel est le plus réel. En fait, celui qui est le moins réel est le plus réel en apparence pour toi maintenant ! Alors oui, ton cœur et tes désirs sont pour ce monde, mais ton corps et ta vie sont dans celui-là. D’où certains de tes problèmes – la racine de ceux-ci. Mais le sais-tu ? Peu importe où tu es, dans quel monde ou sphère tu vis, ou celui que tu désires, quand tu établis – par-dessus tout – une relation avec le Père. Il est toujours prêt, désireux et capable de t’aider, en tant qu’être spirituel, à résoudre ton problème des deux mondes.

Que veux-tu ?

Tu veux un monde, mais tu vis dans un autre. Nous voici donc de retour à ce que tu veux. Nous sommes de retour à ce matin.
As-tu bien reçu le message de ce matin ? Cela aiderait-il si c’était le cas ? ou plutôt : Cela a-t-il aidé que tu l’aies fait ? Comme je t’ai déjà dit de mon vivant : « Bien : maintenant tu peux voir ton problème. »

[Merci de m’aider avec ces choses même si je suis un médium marginal].

dont les résultats – comme tu le vois – parlent d’eux-mêmes.
Je sais combien il est difficile pour toi, certains jours, d’embrasser une créature aussi vénérable et sainte que Dieu. Mais, alors que tu regardes ton fils essayer de grandir, tu peux être sûr – comme tu sais ce que tu ressens à son égard – que tu peux imaginer ce que le Créateur de ton âme ressent à ton égard – à l’égard des efforts que tu fais pour l’atteindre. Revenons à la question suivante : « Que veut Dieu pour toi ? » Ou mieux dit : « Quel chemin éclaire-t-il sur ta route ? »

Je te le demande : Quel chemin, quand tu l’empruntes, va vers les ténèbres ?

Souviens-toi : Le chemin harmonieux à Sa Voie apparaît à ton âme comme plus lumineux que celui que tu peux choisir qui ne l’est pas.

[Il est si difficile de maintenir constamment un fort désir pour l’Amour de Dieu et Sa Volonté d’entrer et de faire partie de ma vie quand je suis si autodéterminé, ici dans cette vie, et que j’ai une vie si pleine – débordante vraiment – pour absorber tout mon temps, mon attention, mes efforts et donc l’énergie de mon désir : mon esprit].

Bien dit.

Mais à côté de tout cela, je voudrais aussi dire que tu as beaucoup d’autres personnes, qui t’aiment tout autant à leur manière, disponibles pour t’aider. Et je dis cela, en espérant que tu auras – en sachant cela – le cœur et la foi en la capacité de notre Père à t’AIDER, si ce n’est pas directement – car tu peux être défavorablement prédisposé dans un moment de « ténèbres » – mais indirectement à travers nous, tes gardiens.

Il t’aime tellement qu’il t’envoie un instrument approprié à ton aide au meilleur moment, et cela, si ce n’est pas par un de Ses Esprits, alors par Activation : un de nous, un des nôtres.

Tu n’as pas besoin de te languir de notre monde quand tu as un monde si réel – suffisamment réel – juste là sous ton nez : suffisamment réel pour que ton nez puisse le respirer. Tu peux sentir le Père là où tu es, là, comme partout, et en plus de cela : Nous sommes aussi toujours avec toi.

Tu es en train d’apprendre.

Tu apprends.

Apprends et grandis – même aujourd’hui.

Avec amour, Papa (PSR).

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-2002/difficulties-reaching-for-the-father-pjr-24-apr-2002/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s