Jésus : Le grand réseau de communication

9 Juillet 1987
Reçu par D.L.

Je suis maintenant ici pour vous écrire, mon cher frère en Christ, et je suis heureux de pouvoir à nouveau venir vers vous et délivrer un autre de mes messages pour le bénéfice des autres. Je suis votre cher et tendre ami, Jésus, qui est le Maître des Cieux Célestes et le chef éternel de notre église.

Aujourd’hui, je voudrais discuter d’un autre aspect du progrès dans le développement de l’homme, car il concerne son désir de recevoir les communications et l’aide de ceux d’entre nous qui, dans le monde des esprits et dans les Cieux Célestes, sont toujours prêts à apporter toute l’aide que nous pouvons en aidant l’humanité à atteindre le plein potentiel de croissance et de développement auquel elle aspire.

Comme vous l’avez appris dans les messages précédents, il existe un grand réseau de communication, non seulement dans le monde des esprits mais aussi jusqu’aux confins de la création du Père, qui, bien sûr, englobe également le plan terrestre. Il n’y a donc aucun endroit dans l’univers de Dieu où l’aide ou l’assistance est refusée à l’un des enfants de Dieu qui cherche une telle assistance, que ce soit pour son propre bien ou pour celui des autres.

Nous, dans les Cieux Célestes, avons un travail à accomplir dans tout l’Univers de l’Être et parmi tous les enfants de Dieu, qu’ils soient dans nos Cieux ou dans les plus bas recoins des Enfers. Mais vous et l’humanité devez comprendre que notre travail n’est imposé à personne. Nous ne pouvons répondre aux autres que si l’aide nous est demandée, car agir autrement serait une violation de notre libre arbitre et de notre droit à la vie privée. Bien sûr, il y a des esprits inférieurs dans le monde des esprits qui tentent d’imposer le libre arbitre et le droit à la vie privée de l’humanité, mais ce n’est pas quelque chose qu’un esprit Céleste ou supérieur fera. Et donc, encore une fois, si nous voulons aider les autres à progresser spirituellement, la première réalité à reconnaître est la nécessité d’établir un rapport avec nous avant que nous puissions vraiment intervenir et apporter l’aide nécessaire.

Comme vous le savez également, il ne s’agit pas seulement d’un appel direct à notre égard. Il faut d’abord et avant tout que chaque personne établisse un rapport avec notre Père Céleste. C’est vers Lui que chaque prière doit être dirigée. Car c’est par une prière à notre Père que, dès sa réception, elle est le plus souvent redirigée vers notre attention afin de fournir l’aide demandée. Bien sûr, cela suppose que la prière adressée au Père émane de l’âme de l’aspirant et non pas seulement de son mental ; car, comme vous en avez été informés ailleurs, la Réponse du Père à la prière est basée sur une communication de l’âme, et non sur de simples pensées qui ne proviennent que du mental. Mais en supposant que la prière ait été une prière de l’âme et que le Père désire que Ses anges y répondent, Il commissionnera qui IL veut d’exécuter Ses souhaits au nom du suppliant.

Donc, en substance, ce qui est dit ici, c’est que toute prière doit être adressée en premier lieu au Père ; car c’est ce qui permet une activation par laquelle notre rôle entre en jeu. Mais une fois que nous nous impliquons, on peut dire qu’un rapport ou une possibilité de rapport s’établit non seulement entre le Père et l’aspirant mais aussi entre les anges du Père et l’aspirant. Et, par la suite, si le demandeur en prière le souhaite, ce rapport peut être prolongé non seulement pour un service rendu, mais potentiellement indéfiniment par la suite. Dans ce cas, le suppliant bénéficie alors de compagnons Célestes pendant le temps qu’il choisit vraiment de les avoir, conformément à ses désirs sincères et sous-jacents de compagnonnage et d’influence utile.

Et c’est ainsi que, lorsque cela se produit, une étape importante est véritablement franchie dans le progrès et le développement d’une personne. Avant l’établissement de ce rapport permanent avec le Père et ses plus grands anges, l’homme agit essentiellement seul et sans assistance dans son cheminement au sein de l’existence mortelle. Et pour lui rendre les choses plus difficiles, sans l’influence protectrice du Père et de nous-mêmes, un homme est également soumis aux fréquentes interpositions d’esprits inférieurs qui tentent toujours d’encourager les mortels à servir leurs propres fins ou désirs égoïstes. Ainsi, vous pouvez voir par cette considération combien il est important et essentiel que toute l’humanité reconnaisse la pure folie et les grands dégâts potentiels qu’elle peut contribuer à son propre progrès en se basant sur la prémisse incertaine et finalement futile qu’elle peut mener à bien sa vie entièrement seule et sans l’aide de son Créateur en cours de route. Si la futilité de cette prémisse n’est pas d’abord reconnue, le véritable progrès dans la croissance et le développement d’un homme ne peut avoir lieu.Des gains matériels modestes mais insignifiants peuvent être réalisés ici et là, mais quelle est leur valeur lorsqu’un homme entre dans le monde des esprits où, par nécessité, ses trésors matériels doivent être laissés et dont il ne pourra plus jamais profiter ?

Ainsi, voyez-vous, lorsque nous parlons de progrès, de changement ou de croissance, nous ne faisons pas référence aux gains éphémères liés à la terre, aux richesses matérielles ou aux plaisirs physiques, mais plutôt au progrès, à la croissance et au développement de la partie éternelle de l’homme – son âme. Et, en effet, lorsque nous considérons l’âme, nous nous référons à la croissance et au développement spirituel d’un homme, qui est le seul développement qu’un homme aura potentiellement devant lui dans le monde des esprits, mais qu’il a aussi potentiellement pendant la phase mortelle de son existence. En réalité, le choix lui appartient : soit il retarde sa progression jusqu’à ce qu’il soit entré dans le monde des esprits, soit il commence sa progression spirituelle sur terre, de sorte qu’en entrant dans le monde des esprits, il sera en bonne voie pour atteindre des sphères plus élevées où le bonheur suprême pourrait être le sien. Bien sûr, nous souhaitons que l’humanité reconnaisse toujours que le temps pour tous de commencer leur progrès spirituel est le moment présent – c’est-à-dire pendant les phases terrestres de l’existence. Mais notre désir à cet égard ne peut se réaliser que si l’humanité reconnaît que la loi de la croissance et du développement concerne principalement la croissance spirituelle, et non l’acquisition matérielle ou les plaisirs de la chair.

C’est pourquoi je voudrais dire en résumé que le Père est toujours prêt à aider ses enfants à atteindre le progrès qui ne vient qu’avec le développement de l’âme. Et, au service d’un tel progrès, il est également prêt à commander à ses anges célestes et à d’autres bons et grands esprits d’aider chacun de ses enfants à atteindre ce progrès. Mais l’homme lui-même doit d’abord reconnaître qu’il dépend vraiment du Père pour que les bienfaits de la Loi du Progrès deviennent siens dans le sens spirituel le plus vital. Adam, comme vous le savez, était coupable du péché d’orgueil, c’est-à-dire qu’il a fait la grave erreur de croire que son progrès ne dépendait pas de Dieu, mais qu’il pouvait être réalisé grâce à ses propres efforts exclusivement. Et, aujourd’hui, nombreux sont ceux qui ne sont pas mieux lotis spirituellement qu’Adam ne l’était, car ils commettent la même erreur en croyant qu’ils se suffisent à eux-mêmes. Non, comme je l’ai dit, comme c’était au temps d’Adam, comme c’est le cas aujourd’hui. Les lois de Dieu sont éternelles et ne changent pas. Pour progresser spirituellement, il faut la grande contribution et l’aide du Père, et l’assistance de ceux dont le développement dépasse celui de ses jeunes et aspirants enfants de la terre.

C’est pourquoi je demande instamment à l’humanité tout entière de ne pas se reposer sur l’idée que son progrès est entièrement entre ses mains, mais de reconnaître dès à présent qu’en tant qu’enfants du Père, ils ont été, sont et seront toujours dépendants du Père pour leur croissance spirituelle, leur développement et leur bonheur accru. Et cela signifie que le temps de rechercher l’amour et la faveur du Père pour s’assurer ces bénédictions est le moment présent !

« Cherchez d’abord le Royaume, et tout le reste vous sera ajouté » est aussi vrai aujourd’hui que lorsque j’ai déclaré cette vérité pour la première fois il y a près de 2000 ans. Et donc, avec cette dernière pensée pour le moment, je vous laisse, ainsi qu’à l’humanité, mon espoir et ma prière pour qu’ils commencent à poursuivre, s’ils ne l’ont pas déjà fait, cette voie de la prière qui les amènera à l’unisson du Père et de Son Amour. Et, en recevant Son Divin Amour dans leur cœur et dans leur âme, ils sauront avec certitude que leur progrès sera éternellement assuré, et que leur bonheur n’aura pas de fin.

Je vous remercie d’avoir reçu mon message de ce jour, et je suis heureux que vous l’ayez si bien reçu.

Je suis votre frère et ami, Jésus.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-1984-2000/jesus-the-great-network-of-communication-dl-9-july-1987/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s