J_: l’esprit qui a découvert que, au moment de sa transition spirituelle, son âme n’était pas développée

Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis un esprit troublé et, par ailleurs, très malheureux. J’ai besoin d’aide, et vous allez m’aider, n’est-ce pas ? Ne dites pas que vous ne pouvez pas.
Je suis un homme qui a commis le pire de tous les crimes. Je me suis suicidé dans un accès de désespoir et sous l’effet d’une grande émotion à cause de ce que je croyais être des blessures inhabituelles infligées par un autre. J’étais marié et un ami est entré chez moi et m’a déshonoré, il a pris ma femme. Alors, désespéré, n’ayant plus le goût de vivre plus longtemps, je me suis suicidé. Mais quelle terrible erreur ! Depuis lors, j’ai subi toutes les tortures des damnés, car je suis l’un des pires esprits. Aucun péché n’est aussi grand et n’encourt une telle damnation que celui de commettre un suicide, et il semble que, dans son cas, il n’y ait pas d’espoir. Je suis sans espoir ni attente d’une quelconque libération de mon horrible condition, et je ne trouve aucune aide parmi mes compagnons, qui sont tous dans une condition similaire. Laissez-moi vous dire que l’annihilation est un paradis comparé à ce que je souffre. Pas d’espoir, pas de lumière, pas d’amour, pas de sympathie et pas de Dieu. Oh, pourquoi suis-je né pour être si tourmenté ! Ma vie sur terre ne fut pas très mauvaise, et j’avais l’habitude de traiter tout le monde comme je voulais être traité. J’aimais ma femme et mes enfants d’un amour pur et désintéressé, comme je le pensais, et je faisais confiance à mes amis. Je sais que j’étais un homme de bonté moyenne et que je n’ai fait de mal à personne intentionnellement. Mais lorsque j’ai pris conscience de l’horrible blessure qui m’avait été infligée, j’ai perdu toute raison, pour ainsi dire, et j’ai fait ce que je n’avais pas le droit de faire.
Ma vie ne m’appartenait pas. Elle m’avait été donnée par Dieu comme un bien sacré, et je n’avais pas le droit d’y mettre fin. Je n’ai pas pu la restaurer, et j’ai été recréé à ma confiance.
Vous voyez donc que je n’ai aucun moyen de dédommager Dieu pour cet acte horrible. Il exige que j’expie cet acte, et je ne vois pas comment le faire, car la seule expiation possible serait de restaurer cette vie, ce que je ne peux pas faire. Vous voyez donc que je n’ai aucun espoir – seulement une longue amère nuit de souffrance et de tourment pour l’éternité. Oh. pourquoi suis-je né, dites-le moi si vous le pouvez ?
Je ne crois pas que je puisse échapper à la peine de mon grand crime, et donc, tout espoir est mort en moi. Si je n’avais que le plus faible rayonnement, je ne désespérerais pas comme je le fais. Mais pour moi, l’espoir n’est même pas un feu follet, car je ne vois même pas le moindre espoir. Alors dites-moi, connaissez-vous un moyen de sortir de cette condition effrayante de la nuit et du désespoir ?
Je vais essayer de vous croire.
Eh bien, je suis J____ J’ai vécu dans une petite ville de l’Est (New London, Connecticut), et j’ai transité en 1864, alors que la grande guerre faisait rage.
Oui, il est là, et il souffre aussi, qu’il soit maudit. Si seulement je pouvais le tuer comme je me suis tué, je me sentirais plus satisfait et je penserais que je souffre pour une bonne cause, et que mon tourment serait ma fête ou les saveurs de la fête de ma vengeance. Mais je ne peux pas le tuer, et il le sait, et il dit que je n’ai pas besoin de me mettre en colère, car il ne se vengera pas. Il est donc libéré de ma vengeance, mais il souffre, qu’il soit maudit, et je souhaite seulement pouvoir décupler et décupler toujours ses tortures.
Oui, ma femme est là aussi, et elle souffre. Aussi étrange que cela puisse paraître, je n’ai aucune haine pour elle, car je crois qu’elle a été trompée, et qu’elle fut seulement la victime de sa faiblesse et de l’influence écrasante de ce monstre qui l’a séduite. Oh, pour un moment de liberté et d’opportunité de me venger de lui.
J’essaie de l’oublier, comme vous le demandez, et je me sens mieux. Oui, je me sens mieux. Oui, je vois que seul Dieu peut me pardonner, comme vous le dites.
Eh bien, je dirais qu’Il est juste, et que je n’avais pas le droit de lui demander Son pardon, alors que je n’ai pas pardonné à celui qui m’a blessé comme vous le dites. Je vois ce que vous voulez dire, mais comment puis-je pardonner à ce misérable. Je ne sais pas comment, et pourtant, si je ne le fais pas, comment puis-je espérer que Dieu me pardonne ? Oh, quelle malheureuse condition ! Dites-moi, n’y a-t-il pas d’autre moyen de sortir de mon affreuse condition, car s’il y en a un, je ne pardonnerai pas à ce scélérat.
Oui, j’y penserai, et peut-être que mon cœur se détendra, et que je pourrai lui pardonner.
Oh, ma chère femme ! Penser que toute ma vie, mon amour et mon espoir ont été anéantis par ce seul homme. C’est si dur, et je suis tellement impuissant.
Oui, montrez-moi seulement le chemin.
Oui, et oh, si beaux et si bons. Mais ils ne se soucient ni de moi ni de mon malheur.
Eh bien, j’ai demandé et un bel esprit me dit qu’elle est votre mère, qu’elle sait pourquoi vous m’avez envoyé chez elle et qu’elle est prête à m’aider. Elle me dit qu’elle sympathise avec moi et m’aime, et qu’elle veut me montrer le chemin du bonheur et de la lumière. J’irai avec elle, car je crois qu’elle m’aidera.
Ainsi, alors qu’elle m’appelle, je lui dirai que je vous suis reconnaissant et que je reviendrai un jour. Alors, bonne nuit.
J____
Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/spirit-who-found-he-did-not-have-his-soul-developed-when-he-passed-over-vol-4-pg265/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s