Luther décrit la relation qui existait à son époque entre les laïcs et les responsables de l’église

23 Mai 1916
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Luther.
Je suis venu ce soir dans l’espoir de pouvoir écrire le message dont je vous ai parlé il y a peu. Si vous pensez pouvoir le recevoir, je vais procéder.
À mon époque, les membres de l’Église – je veux dire l’Église Catholique Romaine – dépendaient entièrement du clergé pour toute information relative au contenu de la Bible et l’interprétation qui devait en être donnée. Très peu de laïcs possédaient la Bible, et presque aucun ne pouvait la lire, car elle était écrite en latin ; et les habitants de ma région d’Europe ne connaissaient pas cette langue. (Martin Luther a vécu de 1483 à 1546.) La conséquence de cette situation fut que tout le peuple dépendait entièrement des prêtres pour toute connaissance de la volonté de Dieu, les prêtres étaient les seuls à pouvoir la transmettre à ce peuple.
Beaucoup de choses furent enseignées par ces fonctionnaires de l’Église de manière à convaincre le peuple que l’Église était l’institution divine de Dieu ; et que, en tout cas, en ce qui concerne la conduite des hommes, ce que les prêtres disaient et déclaraient être la volonté de Dieu devait être accepté sans doute ni hésitation, et que les peines de désobéissance à ces enseignements des prêtres seraient celles qu’ils prescriraient, et que la colère de Dieu tomberait sur tous ceux qui désobéiraient à ces enseignements de l’Église.
L’illumination spirituelle des hommes n’a pas été tentée à quelque degré que ce soit, et les exigences de l’Église étaient que les hommes obéissent strictement aux dogmes et aux principes qui devaient leur être déclarés par ces instructions des prêtres. Le devoir était la chose principale à observer, et la plus grande obéissance aux ordres de l’Église devait être accomplie, à moins que l’Église elle-même ne libère le peuple de l’accomplissement de ces devoirs.
Toute violation de ces commandements était un péché, auquel était attachée une peine qui ne pouvait être évitée, à moins que les prêtres ne donnent aux croyants une indulgence, et alors, à la mesure de l’indulgence, la peine était supprimée. Mais pour obtenir cette indulgence, une compensation devait être versée dans les coffres de l’Église, compensation liée aux moyens du bénéficiaire de cette indulgence. À l’époque où ces indulgences étaient les plus courantes, et où l’Église s’enrichissait grâce aux revenus qu’elle en tirait, j’ai commencé à me révolter contre les revendications de l’Église et j’ai déclaré mon désir de croire au dogme selon lequel l’Église pouvait accorder de telles indulgences et absoudre les hommes des peines que leurs péchés leur faisaient subir.
Vous connaissez tous l’histoire de la Réforme et ses résultats sur le pouvoir de l’Église de Rome, et comment les hommes ont été libérés des superstitions de l’Église et comment la réforme s’est développée dans de nombreux pays catholiques, et comment de nouvelles églises et croyances ont été établies. Eh bien, je ne vais pas réciter davantage ces choses, mais simplement dire que ce que j’ai écrit n’est qu’un préliminaire à l’objet de mes écrits.
En tant qu’hommes réfléchis, convaincus des fausses prétentions et des superstitions de l’Église et de la nécessité de faire connaître à l’humanité les vérités de la Bible, moi et plusieurs autres avons, dans notre zèle, refusé de reconnaître et d’accepter, comme faisant partie des enseignements de la croyance réformée, beaucoup de choses qui étaient contenues dans les dogmes ou les enseignements de l’Église qui étaient réellement authentiques, lorsqu’ils étaient débarrassés des appendices que l’Église avait attachés aux noyaux de vérité. En conséquence, nous avons rejeté de nombreux principes qui auraient dû faire partie des croyances et des enseignements des nouvelles croyances.
Je suis désolé que vous ne vous sentiez pas en condition de recevoir davantage pour le moment, mais il vaut mieux reporter la suite du message. Je viendrai bientôt terminer ce que je désire écrire.
Ainsi, avec mon amour et mes meilleurs vœux, je suis
Votre frère dans le Christ,
Luther.59
________________
59 Luther a écrit qu’à son époque, les membres de l’église étaient entièrement dépendants du clergé pour toute information concernant le contenu de la Bible. L’Église de la Nouvelle Naissance est doublement bénie avec ces écrits qui ont été reçus par l’intermédiaire de M. James E. Padgett qui possédait suffisamment d’Amour Divin pour permettre à Jésus de Nazareth et de nombreux autres esprits Célestes de commenter les erreurs présentes dans l’Ancien et le Nouveau Testaments. (J.P.G.)

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/luther-describes-the-relationship-that-existed-in-his-day-vol-4-pg155/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s