La cousine Laura Burroughs raconte sa rencontre avec son âme sœur.

19 Janvier 1917
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Laura Burroughs. Je suis heureuse de pouvoir vous écrire à nouveau et de vous dire que, depuis la dernière fois que je vous ai écrit, j’ai fait beaucoup de progrès et suis entrée en possession de beaucoup plus de bonheur. Cher cousin, je suis si heureuse de pouvoir vous le dire, car je sais que vous vous réjouissez avec moi de mon bonheur et de la connaissance de la grande miséricorde qui est venue à moi. Je voulais simplement dire ceci, car cela me rend très heureuse de venir à vous de cette façon.
Eh bien, il (son mari) est dans le monde des esprits, mais dans un plan très sombre, et n’est pas du tout heureux. Je lui ai rendu visite quelques fois, mais je n’ai pas été capable de l’aider, car ses vieilles croyances s’accrochent à lui et l’empêchent de progresser. Un jour, nous pourrons peut-être l’aider et nous essaierons de le faire.
Elle (Hélène) m’a dit qu’il n’est pas mon âme-sœur, et j’ai rencontré mon âme-sœur très récemment ; il est dans la même sphère avec moi et nous sommes très heureux ensemble et essayons de progresser ensemble. Je ne l’ai jamais connu sur terre. Il a vécu en Pennsylvanie et est mort longtemps avant moi, et me dit qu’il a dû traverser beaucoup de souffrance et de ténèbres avant de monter dans le plan de la lumière. C’est un très bel esprit, et je pourrais l’aimer, je crois, même s’il n’était pas mon âme-sœur ; mais comme il l’est, vous savez ce que signifie notre amour. Il me regarde écrire, entend votre question et dit qu’il s’appelait Henry W. Spaulding et qu’il vivait à Millville, si vous savez où c’est.
Lorsque j’ai eu fait quelques progrès et que j’ai eu un peu d’amour dans mon âme, Hélène me l’a amené un jour et m’a dit « Laura, voici un jeune homme qui a très hâte de te rencontrer depuis quelque temps, et tu ne peux pas tomber amoureuse de lui, si tu peux t’empêcher de le faire, » et elle a rit. Eh bien, je suppose que j’ai rougi, comme nous les mortels disions, mais je suis tombée amoureuse, comme vous pouvez l’imaginer, et je l’aime depuis. Comme nous aimons tous Hélène pour sa gentillesse et le grand bien qu’elle fait. Attendez juste de venir et vous verrez la plus belle fille que vous ayez jamais vue.
Il rend la satisfaction (salutation), et dit qu’il se considère très chanceux d’avoir un tel cousin, et il le pense, car il voit l’émerveillement du grand don que vous avez, et l’amour et la bonne humeur qui viennent à vous. Je dois vous dire bonne nuit, et avec mon amour, j’arrêterai.
Votre cousine qui vous aime,
Laura.172
_______________
172 Ce message est  publié dans le Volume III (1ère édition française) à la page 364 et le Volume IV (2ème édition anglaise) à la page 117.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-3/cousin-laura-burroughs-tells-of-meeting-her-soulmate-vol-3-pg364/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s