Julius Soloman est dans les ténèbres et cherche de l’aide.

Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis, Julius Soloman.
Laissez-moi écrire un peu, car j’ai aussi besoin d’aide, et plus vite je l’aurai, mieux ce sera.
Eh bien, je suis dans les ténèbres et je souffre pour mes actes, à cause de ce que j’ai fait sur terre. Je fus un homme très méchant et je n’ai pas fait ce que j’aurais dû faire. J’étais un homme qui essayait de gagner sa vie en prêtant mon argent à d’autres personnes pour un intérêt important et usuraire. J’ai gagné ma vie et plus encore, mais, parallèlement, je me suis construit un enfer.
Vous pouvez trouver cela étrange, car certains prétendent que l’argent est une marchandise comme toute autre chose, qu’il vaut ce qu’il signifie pour les besoins des gens, et que si les gens le veulent, ils ne devraient emprunter que lorsque ce qu’ils paient sous forme d’intérêts n’a pas plus de valeur pour eux que l’argent qu’ils empruntent. Et ce n’est qu’une question de logique. Parce que l’argent est une chose qui, lorsqu’elle est empruntée, doit être payée en fonction de sa valeur pour l’emprunteur, tout comme toute autre marchandise doit être payée en fonction de sa valeur.
Bien sûr, cette valeur change, et, parfois la marchandise est moins chère et parfois elle est plus chère. Mais, dans mon entreprise, l’argent n’était jamais moins cher et sa valeur dépendait de l’estimation que j’en faisais et non de la valeur que l’emprunteur pouvait en tirer. Donc, vous voyez, je n’étais pas seulement le juge de ce qui devait être payé, mais j’étais celui qui faisait la retenue si cette valeur fixe n’était pas versée. Je vois maintenant l’énormité de cette méthode de voler l’argent des pauvres et des nécessiteux. Il n’y avait rien de juste ou d’honorable dans mes agissements, et beaucoup d’hommes et de femmes pauvres ont été forcés de mourir de faim et de perdre tout ce qu’ils avaient à cause de mes exactions. Ainsi, aucun sophisme ou dédoublement de cheveux ne suffira maintenant pour me montrer que j’agissais légitimement avec mes clients malheureux. Je me rends donc compte de mon grand péché et de ma grande souffrance et je donnerais le monde pour trouver un soulagement. C’est pourquoi je suis venu à vous dans l’espoir d’être soulagé d’une manière ou d’une autre.
Je sais que l’on peut dire que je n’étais pas pire que beaucoup d’autres, mais cela ne m’excuse pas et ne diminue pas mon péché, car je ne suis pas responsable de ce que les autres peuvent faire, mais de ce que je fais moi-même. Je suis vraiment désolé pour le cours de ma vie tel que je vous l’ai expliqué ; et si c’était en mon pouvoir, je rendrais à chaque homme, et à chaque femme, le plus petit objet que je leur ai injustement pris, mais comme vous le savez, nous ne pouvons pas le faire. Après que nous sommes entrés dans cette vie, nous ne pouvons pas faire de restauration matérielle, et donc je ne pourrai plus jamais faire de dédommagement.
Oh, pourquoi n’ai-je pas réalisé tout cela lorsque j’étais sur terre et que j’étais engagé dans cette horrible affaire ! Donc, si vous pouvez me dire comment je peux trouver un soulagement, je vous en serai reconnaissant – et j’essaierai de suivre vos conseils.
Eh bien, ils sont tous comme moi, sombres et malheureux, et errants à la recherche du repos et de la paix et ne les trouvant jamais. Je ne suis pas très sociable ici et, par conséquent, je ne peux pas vous dire de quelles mauvaises actions ils souffrent ; mais je suppose que leurs actions étaient mauvaises comme les miennes, sinon ils ne souffriraient pas autant et ne devraient pas vivre dans une telle obscurité.
Oui, j’étais juif et j’appartenais à la synagogue, mais cela ne m’aide pas. Je n’ai jamais cru que c’était mal de tromper les Gentils ; mais maintenant je sais qu’un péché est un péché, peu importe envers qui il est commis – et, dans mon cœur, je savais à l’époque qu’il était mal de prendre l’argent des pauvres et des nécessiteux.
Oui, j’en vois beaucoup, mais pourquoi me le demandez-vous ? Ils ne semblent pas être en meilleure condition que moi, et ils ont besoin d’aide autant que moi, s’ils disent la vérité, car ils me crient d’arrêter d’écrire.
Oui, j’en vois des brillants. Eh bien, j’ai demandé ton père, et il dit que je dois aller avec lui et je pars.
Alors je vous souhaite une bonne nuit.
Julius Soloman.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-3/julius-soloman-is-in-darkness-and-is-seeking-help-vol-3-pg342/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s