Souffrances d’un souverain anglais – Oliver Cromwell

Esprit : Oliver Cromwell
Date : 12 Mars 2007
Lieu : Santa Cruz, Californie
Médium : FAB

Je suis Oliver Cromwell.

Vous êtes en train de lire ce que j’ai fait en Irlande. Eh bien, aucune plume ne peut décrire les tortures que j’ai subies lorsque je suis arrivé ici. Beaucoup de ces mêmes Irlandais que j’ai assassinés sont venus me voir avec leurs hurlements et leurs malédictions, et j’ai dû les supporter. Oh, c’était vraiment l’enfer !

J’étais piégé. Il n’y avait pas d’issue. Dans ma grande détresse, je ressentais un immense chagrin et des remords, car je voyais la vérité de ce que j’avais fait – j’avais été un meurtrier de sang-froid.

Comme vous l’avez deviné, j’ai pu, grâce au repentir, m’élever au-dessus de ma situation triste et torturée. Je suis entré dans une meilleure sphère, mais mon expiation me suivait comme un poids énorme. Mais chaque fois que j’ai progressé, la peine a diminué, jusqu’à disparaître complètement. Cela s’est produit parce que mon âme a vu la vérité, et cela m’a libéré. J’ai vu, enfin vu, que les Irlandais, comme tous les enfants de Dieu, étaient dignes non pas d’un meurtre brutal, mais de l’amour et du respect les plus profonds.

Laissez-moi maintenant répondre à votre question. Vous êtes perplexe. Vous avez canalisé Cotton Mather, qui a dit que ses souffrances n’étaient pas aussi grandes que celles des autres parce qu’il voulait vraiment servir Dieu. Alors pourquoi cela ne m’est-il pas venu à l’esprit, puisque vous avez lu que je voulais moi aussi servir Dieu ?

Eh bien, la réponse est que Dieu connaissait mon cœur, et ce qu’il a vu n’était pas un croyant malavisé mais sincère, mais un meurtrier de sang-froid. Il y a une énorme différence ici.

Je voulais vraiment les tuer. Cotton Mather a agonisé sur ses décisions et a soumis sa situation à Dieu. Il a fait de mauvais choix, mais il a fait de son mieux pour être fidèle. Il ne pouvait pas surmonter ses préjugés et ses limites innées. Dans mon cas, c’était du sadisme – c’est ce que c’était vraiment, un désir d’extermination, pur et simple.

Je sais que vous ne voyez pas clairement la différence, mais Dieu le voit, et on ne se moquera pas de Lui. Non, aucun mortel ne peut échapper aux conséquences néfastes de ses mauvaises actions. Si une ou plusieurs personnes sont blessées ou tuées avec le désir de blesser ou de tuer, la sanction sera tout aussi sévère.

Oliver Cromwell (25 Avril 1599 – 3 Septembre 1658) était un chef militaire et politique anglais, surtout connu pour avoir fait de l’Angleterre une république et dirigé le Commonwealth d’Angleterre. Il a été un fermier de la moyenne bourgeoisie pendant les quarante premières années de sa vie ; une expérience de conversion religieuse a fait de la religion le fait central de sa vie et de ses actions. Brillant soldat (surnommé « Old Ironsides »), il a gravi les échelons jusqu’à commander l’armée. Sur le plan politique, il prend le contrôle de l’Angleterre, de l’Écosse et de l’Irlande en tant que Lord Protecteur, du 16 décembre 1653 à sa mort. Cromwell est une figure très controversée de l’histoire anglaise – un dictateur régicide pour certains historiens (comme David Hume et Christopher Hill) et un héros de la liberté pour d’autres (comme Thomas Carlyle et Samuel Rawson Gardiner).

La carrière de Cromwell est pleine de contradictions. C’était un régicide qui a débattu de l’opportunité d’accepter la couronne lui-même et a décidé de ne pas le faire – même si, ironiquement, il avait plus de pouvoir que Charles I. C’était un parlementaire qui a ordonné à ses soldats de dissoudre les parlements. Sous son règne, le Protectorat prônait la liberté de conscience religieuse mais autorisait la torture des blasphémateurs. Il prône une justice équitable mais emprisonne ceux qui critiquent le fait qu’il augmente les impôts sans l’accord du Parlement. Ses admirateurs saluent en lui un leader fort, stabilisateur et majestueux qui a su gagner le respect international, renverser la tyrannie et promouvoir le républicanisme et la liberté. Dans un sondage de la BBC sur les 100 plus grands Britanniques, il a été élu numéro 10. Les détracteurs de Cromwell l’ont ridiculisé en le qualifiant d’hypocrite trop ambitieux qui a trahi la cause de la liberté, imposé des valeurs puritaines et montré peu de respect pour les traditions de la nation. Lorsque les royalistes revinrent au pouvoir, son cadavre fut déterré, pendu avec des chaînes et décapité. (Source : Wikipédia.)

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-2007/sufferings-of-an-english-ruler-fab-12-mar-2007/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s