Pas un grand message

Esprit : Jésus
Date : 6 Octobre 2003
Lieu : New York City
Médium : P.J.R

Cher papa et amis,

Je suis agité jusqu’à ce que je me tourne vers le Père ; alors je me sens mieux. Merci de veiller sur moi et de m’aider à aplanir les moments difficiles. J’aime PJR.

Après une longue pause, j’ai écrit…
[Je n’arrive pas à me calmer].


Tu dois simplement te détendre pendant quelques minutes et nos pensées passeront comme toujours.

(Je suis toujours une masse d’émotions mélangées quand je réalise que c’est toi.)


Nous n’allons pas écrire un grand message ce matin, alors calme-toi et laisse-moi passer quelques minutes avec toi.

Je viens à toi plus que tu ne le réalises. Et si c’était le cas, tu ne serais pas si surpris et agité lorsque tu me donnes l’occasion d’écrire. Réalise que tu ne t’immisces pas dans mon emploi du temps supposé chargé. Tu mérites l’attention de ton Maître autant que n’importe lequel de ses amis. Comme je suis tout à fait capable de passer du temps avec toi sans perturber mon temps supposé limité, tu verras que tu n’as pas besoin de te sentir coupable, premièrement, du fait que je suis ici en ce moment et pas ailleurs et, deuxièmement, du fait que tu n’es pas, d’une manière ou d’une autre, à la hauteur d’un niveau sacré imaginé d’être ou de vivre.

Je sais que tu te sens coupable de passer moins de temps sur les projets du Vrai Évangile et plus de temps sur tes activités intéressantes de la vie terrestre, mais cela ne diminue en rien mon amour et mon intérêt pour toi en tant qu’ami et frère. Sois donc tranquille et sache que je suis un avec Dieu dans l’attribut de Son Amour, et au fur et à mesure que tu apprendras à connaître de plus en plus ce que c’est, tu comprendras de plus en plus comment je vois notre relation et comment il se fait que je te rende visite pour t’écrire si souvent – même si ce n’est pas vraiment si souvent pour moi. Je vois en toi une véritable soif et une faim de mieux connaître le Père et son amour, et même un profond désir d’avoir une relation et une connexion avec Lui.

Et tu te demandes pourquoi, dans les messages que nous avons donnés à M. Padgett – avec toutes les discussions sur ses problèmes, ses succès et ses progrès – pourquoi il n’est pas fait mention – même s’il a acquis une grande partie de l’Amour – de son contact direct ou de sa communication avec le Père Lui-même, comme tu sens que tu l’as à l’occasion, et même ce matin, tôt. Et je vais te dire ceci, qu’avec toi il y a une attitude différente envers nous et le Père que la plupart des gens ont. Et cela se rapporte à ta notion de l’accessibilité du Père, et de moi aussi. Tu comprends vraiment que le Père et moi ne faisons qu’un à certains égards et que Lui, bien que je ne le puisse pas, peut très facilement entretenir une relation avec chacune de ses créations à tout moment, comme s’Il n’était limité ni par l’espace, ni par le temps, ni même par les dimensions, ce qu’Il n’est pas – ayant créé toutes ces choses en premier lieu.

Et tu comprends qu’il n’y a aucune question quant à ce qui est venu avant Lui puisque c’est Lui qui a créé les avant et les après en premier lieu. Oui, je réalise que tu ne peux toujours pas concevoir comment cela pourrait être, mais la notion de cela repose en toi au point que tu as une appréciation de Lui – l’échelle de notre Père – que la plupart des autres n’ont pas. Donc, tu vois, puisque tu es un peu inhabituel à cet égard et que j’apprécie cette même chose à ma façon et qu’en plus de cela, tu perçois même que j’existe, réalise-le quand j’arrive pour écrire et, surtout, tu t’assieds avec moi et tu prends note des mots et des pensées que je te donne : Tu vois maintenant ? Cela ne devrait pas être une si grande énigme pour toi que je me fasse un si bon ami – et cela bien plus que ce que toi, personnellement, tu attendrais – toutes choses égales par ailleurs – ce que je viens de te dire qu’elles ne sont pas.

Alors, tu vois ? Je suis toujours une personne au sens où tu l’entends, bien qu’assez avancée dans l’Amour du Père et, par conséquent, un peu plus capable de faire les choses que cet Amour permet de faire et d’expérimenter ; et j’ai cet Amour, et mon amour, pour tous ceux avec qui j’entre en contact ; et en plus de cela, j’ai mes (ce que tu pourrais appeler) amis spéciaux : des amitiés avec certaines caractéristiques spéciales ; et la nôtre est l’une d’entre elles pour les raisons que je viens de mentionner. Tu vois donc ? Le fait que je passe du temps avec toi n’a rien d’étrange ou d’incroyable et, en tout cas, cela ne me semble pas étrange. Cela ne me semble pas plus étrange que de rendre visite à des amis, lorsque tu en as l’occasion, ne te semble étrange. J’aime rendre visite à mes amis autant que tu aimes rendre visite aux tiens, et comme je peux me déplacer plus facilement que toi, en ce moment, tu ne seras pas trop surpris si je te dis que j’ai en fait un très grand nombre d’amis, et si ce n’est que pour l’Amour du Père et ce qu’il m’a permis de devenir – les liens qui nous unissent1 et, si je puis dire, la façon dont nous travaillons ensemble – je peux garder tous mes amis en ordre, m’épargnant l’embarras confus d’oublier qui vous êtes ou de vous confondre avec un autre P___, ami mortel, vivant sur terre.

Comme je me suis suffisamment exprimé pour que tu l’aies assimilé, je vais prendre congé et te dire que nous pouvons accomplir un travail semblable à celui de M. Padgett. Bien qu’avec toi ce soit un travail d’opportunité, alors qu’avec lui c’était un travail qui devait être fait. Mais ce travail ne peut s’épanouir sur le papier que si, un jour, tu te calmes et me considères davantage comme ton professeur, et moins comme l’incarnation « physique » du Saint-Esprit du Père, ce que je ne suis évidemment pas.

Alors, réfléchis à ces mots. Ils sont pour toi. Ne prends pas la peine de les publier tout de suite. Mais ouvre-toi, au cours des prochaines années, à l’idée que le Maître (je veux dire toi pour écrire : « ton professeur ») se montrera simplement quand il en aura envie et « influencera » ta pensée comme je le fais depuis un certain temps maintenant, et ensuite, quand tu t’assiéras pour écrire comme ceci, il arrivera pour écrire sur les sujets auxquels il t’a incité à penser. Si tu peux faire cela, alors nous ferons un travail qui pourrait être mieux fait et, je pourrais ajouter, nous ferons un long chemin pour satisfaire ce désir très profond et fort – pour remplir ce vide en toi, celui qui continue à te pousser dans toutes ces directions – de faire l’expérience du Père et en fait de suivre le chemin qu’Il t’a ouvert.

Avec tout mon amour et l’Amour du Père,

Jésus, le maître

1 lui et le Père

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s