L’amour du Père n’est jamais loin quand la tentation frappe

23 Mai 1917
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Jésus – Jésus, votre frère et vieil ami.

Je suis venu ce soir pour partager quelques mots afin de vous encourager dans votre condition spirituelle et de vous faire sentir que je suis avec vous dans vos doutes et votre découragement.

J’étais avec vous hier soir et je me suis rendu compte de votre état, j’ai essayé de vous influencer avec mon amour et ma sympathie et, lorsque vous vous sentiez seul, j’ai essayé de vous impressionner avec mon aide et la puissance de l’amour que j’ai reçu du Père.
Je sais que pendant que vous êtes dans la chair et que les tentations viennent à vous, il y aura des moments où vous penserez que vous êtes abandonné, ou que l’amour du Père n’est pas en vous et ne vous concerne pas dans toute sa beauté et son influence durable. Alors des pensées viendront à vous, comme celles dont parle Job dans le livre que vous avez lu, et Dieu vous semblera bien loin. Cependant, mon frère, laissez-moi vous dire avec toute la connaissance et l’amour que j’ai, que Dieu n’est jamais loin de vous dans son amour et qu’il est toujours prêt et disposé à vous aider et à vous réconforter, si seulement vous avez la foi et si vous laissez vos désirs s’exprimer pour que cet amour afflue dans votre âme. Il n’est jamais absent de vous, et n’attend que votre invitation pour se rendre réel et consciemment présent en vous. Vous ne pouvez qu’empêcher sa venue dans votre âme, et, si vous croyez que c’est la vérité, et que vous vous efforcez de réaliser combien cet amour est proche de vous et combien le Père est anxieux que vous le receviez, vous serez en mesure de surmonter ces pensées qui naissent de la faiblesse de la chair, ou plutôt de la force de la partie animale de votre nature.

Essayez donc de vous rappeler ce que je dis, et chaque fois que ces pensées vous viennent, considérez-les comme de simples pensées qui surgissent dans les visions de la nuit et n’ont aucun fondement réel pour leur existence. Comme vous ne le savez peut-être pas, les vraies pensées ne peuvent naître que de ce qui est réel. Lorsque cet amour du Père entre dans votre âme, les appétits et les passions, qui naissent de la perversion de la nature animale de votre être, cessent d’être réels et ne sont que les souvenirs de ce qui a été – une conséquence de cette perversion. Cet amour fait de ce qui était pervers auparavant une véritable réalité, en harmonie avec Dieu et la bonté.

La vie est de Dieu et, lorsqu’elle n’est pas pervertie par la volonté de l’homme, elle est semblable à la bonté d’où elle vient ; et le bien et le mal sont des conditions qui font que, dans un cas, Dieu est réel, et dans l’autre, le mal n’est pas une réalité faisant partie de la création de Dieu. Il, le péché, est la création de l’homme, et cet homme est désobéissant et en désaccord avec sa propre création et les lois de son créateur.

J’écris ceci pour encourager votre foi dans la bonté de Dieu et dans la bonté inhérente à vous-même, et pour confirmer votre foi et votre connaissance de la vérité selon laquelle, dans l’univers de Dieu, tout est bon. Ce qui est le péché n’est que ce que l’homme lui-même, en violation de la volonté du Père, a créé et ensuite cultivé et entretenu. Croyez donc que, lorsque cet amour pénètre dans votre âme, vous avez en votre possession ce qui vous permettra d’oublier les créatures de votre propre volonté et de réussir dans vos efforts de cesser de cultiver cette résultante de votre propre création.

Ce n’est que lorsque vous oubliez ou cessez de réaliser que cet amour est le vôtre, que l’existence du mal, qui était, comme vous pouvez le penser, naturellement le vôtre, devient réelle pour vous, du moins dans vos pensées. Vous avez fait l’expérience de la condition de l’âme lorsque ces pensées n’avaient pas leur place dans votre vie, et étaient pour vous comme non existantes. Ce que vous avez ainsi vécu peut, si vous laissez vivre votre foi dans la possession de cet amour, continuer à être votre condition sans interruption, et vous permettre de jouir consciemment de la réalité de son existence continue.

Je sais en outre que cet état de libération des mauvaises pensées vous oblige à veiller et, à la première manifestation de telles pensées, à prier le Père pour une expression accrue de son amour et vous ne serez pas déçus. Dans la prière que je vous ai donnée, je vous ai enseigné à demander de l’aide de façon à pouvoir triompher de toutes les tentations de la chair et de l’influence des méchants. Alors, je le répète, laissez vos supplications pour cette aide monter jusqu’au Père lorsque vous ressentez la tentation pour la première fois, car en ce qui concerne votre condition de qualités d’âme, ces tentations et ces influences sont réelles.

Les méchants sont avec tous les mortels, et la condition de l’âme détermine si eux, les méchants, peuvent ou non établir un rapport avec les mortels. Lorsque cet amour entre dans l’âme, un tel rapport est impossible. Le secret pour surmonter les tentations est donc d’avoir des qualités de l’âme telles que le rapport ne peut être établi.

Je sais que les hommes, parfois, par leur façon de penser aux réalités bonnes et pures invitent à ce rapport, mais il ne faut pas s’y fier comme une prévention certaine. En effet, les pensées sont changeantes et les résultats des appétits et des émotions, et les tendances naturelles des hommes sont de satisfaire, comme je peux le dire, ces appétits lorsqu’ils ne sont pas freinés par le développement supérieur de leurs qualités morales, lesquelles qualités sont très sensibles à l’influence de la nature sensuelle de l’homme.

J’ai ressenti la nécessité de vous écrire comme je l’ai fait, car il est si important pour vous, personnellement, et comme mon instrument pour le travail qui vous a été confié, que vous acquériez davantage cet amour et la connaissance par laquelle vous pouvez être aidé à surmonter ces tentations et ces influences. Plus il y a d’amour, moins la puissance de la tentation et la possibilité de pensées qui ne trouvent pas leur source dans cet amour est grande. C’est pourquoi je vous dis : veillez et priez.

Je n’écrirai pas plus ce soir et, avec mon amour et mes bénédictions, je vous souhaiterai une bonne nuit et que Dieu vous bénisse. Je viendrai bientôt écrire un autre message, et j’espère que vous serez en mesure de le recevoir avec autant de succès et de justesse que vous l’avez fait pour mon dernier message.

Votre ami et frère,

Jésus.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/unpublished-messages-of-james-padgett/the-fathers-love-is-never-far-away/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s