Hélène raconte comment elle a aimé les lettres d’amour de Ned

2 Novembre 1921.
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, ta vraie et bien-aimée Hélène, qui suis ici.

Eh bien, mon cher, je suis venue répondre à ton appel, car je vois que tu m’aimes tellement, et je pense à l’époque où nous ne connaissions que l’amour de l’autre.
Bien des fois, après notre séparation, j’ai relu ces merveilleuses lettres d’amour dans lesquelles tu m’exprimais le véritable amour de ton cœur, et j’y ai trouvé beaucoup de consolation et j’ai souhaité si souvent que cet amour soit à nouveau avec moi comme il l’était lorsque j’avais tout ton amour.

Elles m’ont été très précieuses et m’ont fait revivre le bonheur du passé et j’ai souhaité que tu sois toujours mon cher Ned, comme tu l’étais lorsqu’elles ont été écrites.

Mais maintenant, tout cela fait partie du passé et tu dois oublier ces jours-là et vivre dans l’attente d’un renouvellement de notre amour lorsque tu viendras me rejoindre, comme tu le feras certainement. Alors nous ne nous séparerons plus jamais et notre amour ne sera plus jamais froid ni oublié.

Ce soir, je t’aime plus que jamais je n’ai pu le faire au cours de ma vie sur terre et je te désire tellement plus. J’ai besoin de tes mots d’amour, de tes baisers et de tes tendres caresses et je veux que tu réalises que mon amour est tout à toi et qu’il est tellement plus profond, plus pur et plus satisfaisant qu’il ne l’a jamais été.

Je sais que tu me désires et que tu réalises parfois à quel point tu m’aimes et que tu n’aimes que moi. Tu as peut-être d’autres amours terrestres qui peuvent t’aider dans ton voyage à travers la vie, mais tu découvriras que dès que l’appel te sera lancé pour venir me rejoindre, ces amours te quitteront et ton amour pour moi sera celui qui absorbera tout l’amour. Et il doit en être ainsi, car nous sommes des âmes sœurs et il n’y a pas d’autre amour qui puisse prendre la place de l’amour de deux personnes si étroitement liées.
J’aimerais pouvoir t’écrire une longue lettre ce soir, mais tu n’es tout simplement pas en bonne condition et j’ai dû faire un effort pour établir le rapport. Mais j’ai vu que tu voulais tellement avoir de mes nouvelles et j’ai donc fait l’effort.

Mais mon chéri, je viendrai bientôt t’écrire une longue lettre d’amour et d’encouragement.
Crois en moi et en mon amour et tu seras heureux.

Bonne nuit, mon cher mari.

Ta sincère et bien-aimée, Hélène.

Ce message n’est pas dans les volumes publiés. Mais c’est le premier de ces messages qui confirme ce qui a été découvert en 2012, à savoir que James et Helen se sont séparés en septembre 1910.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/unpublished-messages-of-james-padgett/helen-tells-of-how-she-loved-neds-love-letters/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s