Lillian Summer, un esprit solitaire écrit sur sa croyance lorsqu’il était sur terre

6 Juin 1916
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis Lillian Summer.

Je suis la femme qui a perdu son âme pour préserver son statut dans la société alors qu’elle était sur terre. J’étais une femme qui ne pensait jamais aux réalités spirituelles ou à la vie future, mais qui ne vivait que pour les plaisirs du présent.

J’avais tout ce que l’argent pouvait acheter, et je n’ai jamais su ce que signifiait le fait d’avoir des difficultés à désirer et à ne pas obtenir. J’avais un mari indulgent et des enfants adorables, qui rendaient mon foyer très heureux, et qui m’aimaient de tout l’amour de leur nature, et, bien sûr, je les aimais ; mais je ne ressentais la nécessité d’aucun autre amour, et je ne connaissais en réalité aucun amour plus grand ou plus élevé.

Bien entendu, j’allais à l’église et j’écoutais les sermons des prédicateurs, et je les appréciais comme des gâteries intellectuelles, mais pour ce qui est de faire appel à mon âme, je n’ai jamais éprouvé une seule fois, si je me souviens bien, d’autre sensation que celle qui venait de l’exaltation de mon mental. Mes enfants étaient envoyés à l’école du dimanche et apprenaient ce que les professeurs essayaient de leur enseigner, mais à la maison, ils n’avaient aucun enseignement religieux, car je n’ai jamais eu moi-même d’expérience religieuse.

Mon mari ne fréquentait pas l’église et ne connaissait rien des réalités supérieures de la vie. Il se contentait de gagner de l’argent pour que sa famille puisse avoir tout le confort de la maison. Nous étions heureux dans notre amour et nos associations, et nous n’avons jamais eu le sentiment qu’il y avait un autre bonheur que celui que nous avions.

Je me rends compte maintenant de la nécessité de cette conception spirituelle de mon être et de la grande joie dont je suis privée à cause de mon manque de connaissance des réalités de l’âme. J’avais une nature amoureuse, et j’aimais la plupart des gens avec lesquels j’étais en contact dans la société, mais cet amour était plus ou moins inconsciemment donné, et ma grande ambition était de devenir un leader de la société, et de susciter l’admiration, et peut-être l’envie, de mes amis.

Maintenant, je vois la fausseté de tout cela, et combien peu des ambitions de la vie, dans les détails mentionnés, pèsent dans la position et le bonheur des esprits dans ce monde de révélation et de nudité, car je suis nue en ce qui concerne toutes les pensées et tous les actes de ma vie, et je vois très rarement quelque chose qui aide ma condition actuelle.

Je vous écris simplement ceci pour que quelqu’un qui vit la vie que j’ai vécue puisse le lire, et tourner ses pensées vers l’essentiel, et laisser toutes ces réalités terrestres devenir secondaires et de moindre importance. Je m’appelais Lillian Summer, je vivais à Richmond, en Virginie, et je suis décédée en 1902.

Je vous remercie de m’avoir permis d’écrire, car cela m’a permis de me sentir mieux et plus à l’aise.


Je vous souhaite une bonne nuit.


Lillian Summer.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/lillian-summer-writes-about-her-belief-when-on-earth-vol-4-pg364/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s