Charles G Groveneur, un esprit qui souffre intensément, rend visite à M. Padgett et le supplie de l’aider à retrouver son âme perdue

1er Avril 1915
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis un homme qui a perdu son âme et ne la retrouve pas.
Que ne donnerais-je pas pour l’avoir à nouveau, et pouvoir ainsi recevoir l’amour dont vous parlez ? Mais je l’ai perdue et personne ne peut m’aider à la retrouver. Je l’ai cherchée partout, mais elle m’a quitté, et je suis un esprit sans âme, seul mon pauvre esprit inefficace reste avec moi, et le bonheur que je peux imaginer en pensant à ce qu’il aurait pu être ou à ce qu’il pourrait être, si j’avais une âme.
Dites-moi, pouvez-vous m’aider à la trouver ? Si c’est le cas, faites-le, et je vous bénirai pour toujours. Je suis dans une situation où je ne sais pas si je suis vivant, ou si je ne fais que rêver, ou si je suis mort. Alors que je semble être en vie, je me demande qui et ce que je suis ; alors que je rêve, je vois que je suis un fils de Dieu ; et en tant que mort, je ne sais rien. Mais je ne sais pas ce que je suis, et personne ne veut me le dire.
Vous êtes pour moi un homme très réel avec une âme, comme je peux le voir, mais je n’ai pas d’âme. Dites-moi où la trouver, car je dois l’avoir. Je l’ai perdue en essayant de découvrir que mon intellect était la seule réalité dans tout le monde des esprits, et lorsque j’ai pensé que j’avais trouvé cela vrai, mon âme m’a quitté, et je ne peux pas la trouver. Oh, dites-moi où elle est, et je ne le perdrai plus jamais.
Vous devez en savoir quelque chose, car les autres esprits disent que vous aidez à sauver des âmes, et si vous pouvez le faire, vous pouvez sûrement en retrouver une perdue. Pourquoi ne pas me dire où la trouver, et ne pas me maintenir dans cette condition de ne pas savoir si je suis vivant ou mort ? Allons, soyez gentil avec moi, et trouvez mon âme. Elle ne vous fuira pas, car vous la traiterez avec gentillesse, je le sais. Votre âme le saura, si seulement vous lui demandez, et lorsqu’elle vous le dira, vous pourrez trouver la mienne.
Je ne suis ni esprit, ni mortel, ni rien créé par Dieu jusqu’à ce que je retrouve mon âme. Mon mental n’est qu’un rien abstrait sans mon âme, et je n’ai ni amour ni bonheur. Oh, si j’avais seulement pris soin de mon âme au lieu de mon mental, comme je serais différent maintenant, et je ne serais pas un vagabond à la recherche de son âme perdue.
J’étais un homme d’une grande intelligence lorsque j’étais sur terre, et j’ai vécu dans la ville de New York, et je suis décédé en 1864, un homme très honoré. J’étais avocat, bien connu de ma communauté immédiate, et je suis mort en simple homme sans âme.118 Vous voyez, je suis si seul sans mon âme et mon amour. Je n’étais pas un homme très mauvais, et je n’ai pas troqué mon âme contre un sale lucre, mais je pensais que l’âme était un mythe, et que le mental était tout ; et lorsque je suis passé et que j’ai découvert que j’avais besoin d’une âme, je n’ai pas pu trouver la mienne, et je ne l’ai jamais eue depuis. Dites-moi, je prie, où elle se trouve, et je vous remercierai pour l’éternité.
Vous ne voulez pas me le dire ?
Oui, je ferai tout ce que vous me direz pour m’aider à l’obtenir.
Je sais que j’avais une âme car, avant d’avoir consacré mes années d’études à faire de mon intellect la grande réalité qu’il est devenu, j’aimais et j’éprouvais de la sympathie pour les malheureux et les pauvres, et surtout pour les enfants aimés. Et je sais que si je n’avais pas eu une âme, je n’aurais pas eu ces sentiments et ces émotions. Mais après être devenu un homme doté d’un grand mental, je peux dire qu’avec seulement un mental, aucun de ces sentiments ne m’est jamais venu – seulement la connaissance que j’avais un intellect puissant. Mon âme est morte et n’est jamais revenue à moi depuis.
Oui, dites-moi seulement rapidement afin que je puisse commencer la recherche.
Oui, je vois beaucoup de beaux esprits qui ont l’air très heureux. Oui, elle dit qu’elle est votre grand-mère, et comme elle est belle. Oui, j’irai avec elle, et je ferai comme vous dites, et j’essaierai de croire ce qu’elle me dira.
Oui, je le ferai certainement, et oh, si je le fais, comme je vous remercierai.
Votre grand-mère m’appelle et je dois partir.
Alors, bonne nuit.
_______________
118 Il semble que ce soit Charles G Groveneur.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/a-spirit-who-is-suffering-intensely-comes-to-mr-padgett-vol-4-pg296/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s