Le pasteur Russell Constate que les enseignements de toute une vie étaient faux

Le 31 juillet 1918
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis le pasteur Russell.
Permettez-moi de dire un mot, alors que j’ai été avec vous aujourd’hui alors que vous lisiez le livre88 dont je suis l’auteur. Je vois que vous êtes conscient des interprétations erronées du testament qu’il contient, des fausses constructions qui sont tirées des citations de la Bible, et aussi du grand préjudice qui est causé à ceux qui lisent et croient en mes enseignements. Eh bien, je me rends compte de la fausseté de mes enseignements et du tort et de la blessure qui sont infligés à ceux qui m’ont suivi. Ils seront très surpris lorsque la mort viendra les surprendre, car ce que j’ai dit était impossible ils découvriront la vérité – qu’ils sont plus vivants qu’ils ne l’ont jamais été en vivant dans la chair.
C’est ce que j’ai réalisé, à ma grande surprise, et fut la cause d’une grande souffrance. Lorsque j’étais sur le point de quitter la chair, et pendant de longues années auparavant, j’ai cru qu’à ma mort, j’irais dans la tombe, au sens propre du terme, et que je serais ensuite dans une sorte de néant, ne sachant rien jusqu’au jour de la première résurrection, lorsque moi et tous ceux qui croyaient que nous faisions partie du petit troupeau, nous serions appelés en présence de Jésus et là nous deviendrions ses collègues et co-juges des hommes pendant le millénaire, lorsque le reste du monde serait jugé et finalement condamné soit à une vie de bonheur, comme les hommes restaurés à la condition d’Adam avant la chute, soit à l’anéantissement total.
Cependant en quittant le corps, j’ai découvert que j’avais un corps spirituel dans lequel étaient contenues toutes les facultés de l’esprit et les appétits de la chair qui étaient les miens lorsque j’étais sur terre ; et aussi, les souvenirs de tout ce que j’avais pensé, et enseigné, en essayant de conduire mes disciples dans la vérité, comme je le supposais. J’étais plus vivant que jamais, et la conscience commença bientôt à faire son œuvre de réprobation et à m’apporter des remords et des regrets quant au grand mal que j’avais causé à beaucoup de mes semblables en raison de mon enseignement d’une foi totalement fausse, et destructrice pour le salut de l’âme. L’âme ! Ah, c’est la chose contre laquelle j’ai blasphémé, car j’ai enseigné qu’il n’y avait pas de chose ou d’entité telle que l’âme après la séparation du corps et de la vie ; qu’elle cessait alors d’avoir une existence, et ne réapparaîtrait jamais avant la première résurrection, qui serait le premier réveil du petit troupeau à la conscience de son existence.
Pour moi, la volonté était la grande chose, et bien qu’elle n’ait jamais cessé d’exister, elle restait en sommeil et était comme morte et inexistante. Cet enseignement fut extrêmement trompeur, et mes disciples seront déçus et souffriront du manque de connaissance du fait que l’âme est l’homme et qu’elle est susceptible de progresser dans la connaissance des vérités de Dieu au cours de sa vie terrestre tout comme après être devenue une habitante du monde des esprits. J’ai eu un réveil tragique, avec toutes les conséquences d’une tragédie dont j’ai été l’un des acteurs importants, et la cause principale des résultats de cette tragédie.
Je sais ce que signifie la mort, et ce que signifie la vie, car je suis mort simplement pour vivre, et pour vivre une vie dans laquelle, en ce moment, il y a beaucoup de souffrance et de regret, accompagné par la connaissance que j’ai devant moi une œuvre plus grande que celle que je peux réaliser au cours des longues années à l’avenir. Je dois maintenant essayer de défaire ce que j’ai fait pendant tant d’années, au détriment de ceux qui ont cru en moi. Et, lorsque je me rends compte qu’il n’y a guère de possibilités, jusqu’à ce que mes disciples deviennent des esprits comme moi, et soient alors l’objet de mon attention, ma souffrance devient presque insupportable. Ce n’est que par l’intermédiaire d’un mortel que je peux atteindre ces gens, et à cause de mes enseignements, ils ne croiront pas ce que je peux communiquer par l’intermédiaire d’un mortel (médium contre lequel j’ai écrit et que j’ai injurié, et ait prétendu qu’ils n’étaient que des créatures utilisées par le diable et ses serviteurs pour tromper l’humanité).
Si seulement j’avais connu la vérité et m’étais abstenu de prêcher le mensonge dans ce cas particulier, mon sort serait différent aujourd’hui. Mais j’ai cru ce que j’ai enseigné, et j’ai enseigné ce que je croyais. Tout cela n’était que mensonge, et bien que j’y ai cru, ce fait n’atténue pas mes regrets, car je vois avec la clarté de l’esprit que beaucoup de mes disciples croient à mes pensées et à mes enseignements parce que je les ai enseignés. Par conséquent ils souffriront de leurs croyances ; et le fait que j’ai cru à ces choses erronées et les ai enseigné de bonne foi ne les sauvera pas d’un iota des ténèbres et des souffrances qui seront certainement les leurs.
Malheureux est l’homme qui croit aux contre-vérités spirituelles ; mais maudit celui qui les enseigne, et qui trompe ainsi ceux qui cherchent sincèrement la vérité. J’aimerais écrire davantage ce soir sur cette question et sur ma condition, ainsi que sur le lourd fardeau que je porte actuellement, mais votre femme dit que je ne dois pas écrire davantage maintenant, car vous n’êtes pas en état de continuer à être sollicité. Je vous remercie donc et j’espère que je pourrai à nouveau communiquer avec vous dans un avenir proche.
Votre ami,
Pasteur Russell.
________________
88 Il s’agit très probablement du livre initialement intitulé Millennial Dawn, renommé plus tard Studies in the Scriptures. (G.J.C)
89 Charles Taze Russell (16 février 1852 – 31 octobre 1916), ou Pasteur Russell, était un éminent ministre chrétien restaurateur du début du 20e siècle, originaire de Pittsburgh, en Pennsylvanie, aux États-Unis, et fondateur de ce qui est maintenant connu sous le nom de mouvement des étudiants de la Bible qui a donné naissance aux Témoins de Jéhovah. De nombreux groupes indépendants d’étudiants de la Bible ont également émergé après sa mort.
À partir de juillet 1879, il a commencé à publier une revue religieuse mensuelle, Zion’s Watch Tower and Herald of Christ’s Presence. Cette revue est maintenant publiée par les Témoins de Jéhovah tous les deux mois sous le nom de « La Tour de Garde annonçant le Royaume de Jéhovah ». En 1881, il a co-fondé la Zion’s Watch Tower Tract Society et en 1884, la société a été officiellement enregistrée, avec Russell comme président. Russell a écrit de nombreux articles, livres, tracts, pamphlets et sermons, totalisant environ 50 000 pages imprimées. De 1886 à 1904, il a publié une série d’études bibliques en six volumes, initialement intitulée Millennial Dawn, rebaptisée par la suite « Études sur les écritures », dont près de 20 millions d’exemplaires ont été imprimés et distribués dans le monde entier en plusieurs langues au cours de sa vie. (Un septième volume a été commandé par son successeur au poste de président de la société, Joseph Rutherford, et publié en 1917). La Watch Tower Society déclare officiellement qu’elle a cessé de publier les écrits de Russell en 1927, bien que ses livres continuent d’être publiés par plusieurs groupes indépendants. Source : Wikipedia
Note du traducteur : Le pasteur Russell a également communiqué peu après sa mort. Ce message, ommuniqué le 6 Novembre 1916, a été publié dans le volume 3, 1ère édition française, page 203.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/preacher-pastor-russell-finds-that-the-teachings-of-a-lifetime-were-false-vol-4-pg219/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s