Mary dit que, si elle était mortelle, elle préférerait posséder le pouvoir d’aider les esprits qui en ont besoin plutôt que les richesses de l’homme le plus riche du monde

Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Mary Kennedy.
Je suis si heureuse que vous ayez laissé ce dernier esprit écrire, car il était malheureux et pitoyable, il voulait tellement être soulagé que votre guide ne pouvait pas refuser de le laisser écrire. D’ailleurs, Hélène a dit qu’il devait écrire, et je l’ai juste embrassée, car je voulais également qu’il écrive. C’est une chose si grandiose : avoir le pouvoir d’aider ces esprits et, si j’étais une mortelle, je préférerais posséder ce pouvoir plutôt que d’avoir les richesses de l’homme le plus riche du monde. Le bien fait ne cesse jamais de porter ses fruits ; c’est comme le galet que l’on jette dans l’étang, il commence la première petite ondulation qui ne cesse de s’étendre et de croître jusqu’à ce que les ondulations s’étendent à tout l’étang, car je dois vous dire que ces esprits des ténèbres, lorsqu’ils trouvent la lumière, aident les autres, et leur influence est inestimable.
Les esprits des ténèbres qui ont récemment été sauvés de leur obscurité semblent se rapprocher de ceux qui sont restés derrière eux, et avoir plus d’influence pour les convaincre qu’ils peuvent être soulagés et être heureux.
Vous voyez, je peux être un peu sérieuse, même si mon chéri est présent, en souhaitant simplement qu’il puisse avoir de mes nouvelles, car c’est ce qu’il a souhaité toute la soirée, et s’il dit le contraire, ne le croyez pas, mais priez pour lui, car il en aura besoin s’il raconte un tel mensonge.
Dites-lui que je suis très heureuse et que j’ai écouté avec beaucoup d’intérêt et de plaisir votre conversation de ce soir. J’ai pu non seulement entendre les mots prononcés, mais aussi voir le fonctionnement de son âme et savoir que l’Amour était là, accomplissant sa grande œuvre. Je progresse également comme je vous l’ai dit dans ma dernière lettre, et si seulement je pouvais vous parler de mon bonheur accru, je le ferais, et je sais qu’il sentirait le bénéfice de son influence.
Ce soir, j’aimerais écrire une lettre plus longue et lui dire quelque chose que je désire tant faire, mais il n’est pas souhaitable que je le fasse car vous êtes un peu fatigué, comme le dit Hélène.
Je vais donc m’arrêter, mais il doit savoir que je l’aime de tout mon cœur et de toute mon âme, et je ne jamais cesser d’essayer de le rendre heureux.
Oh, oui. J’ai entendu ce que vous avez dit sur la grande bénédiction d’avoir l’amour d’une âme-sœur qui a l’Amour Divin dans son âme, et je veux dire que, bien que vous ayez une certaine idée de ce que cela signifie, vous ne pouvez pas comprendre pleinement la grande signification de l’Amour, et la grande bénédiction qui vous vient d’avoir un tel Amour. Il a son âme sœur et elle l’aime avec toute la puissance de cet amour, qui, comme vous le dites, est à côté de l’Amour Divin.
Alors, croyez que je suis votre amie et son âme-sœur,
Mary.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/mary-says-that-if-she-were-a-mortal-she-would-rather-possess-the-power-to-help-spirits-vol-4-pg102/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s