Albert Ridle était tellement ancré dans ses pensées religieuses qu’il sentait qu’il n’avait besoin de l’aide de personne dans le monde des esprits, et ce jusqu’à ce que M. Padgett lui explique les lois en vigueur, qu’il a alors commencées à apprendre, et commence seulement à progresser.

Le 16 Décembre 1914
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, ton ancien partenaire.
Je veux parler un peu avec toi. Tu ne m’en avez pas donné l’occasion auparavant et j’ai commencé à penser que tu ne souhaitais pas avoir de mes nouvelles. Eh bien, je ferai de mon mieux et je te parlerai des lois du contrôle des esprits sur les êtres humains.
Vous n’êtes pas très différent de nous dans vos conditions mentales ou spirituelles. Nous, bien sûr, nous n’avons pas de corps physique, mais nos corps spirituels sont très semblables à ceux que nous avions sur terre dans une forme antérieure, sauf que nous sommes jeunes et forts et non affectés par ces choses auxquelles vous êtes soumis.
Tu dois cependant savoir que nous sommes tous affectés à un degré plus ou moins grand par la condition de notre développement de l’âme. Ta femme, par exemple, est maintenant un très bel esprit, tant en ce qui concerne son corps spirituel que son âme spirituelle. Elle est l’une des plus belles avec lesquelles j’ai été en contact, à l’exception de ta mère et de ta grand-mère qui sont au-delà de mes capacités de description. Je suis aussi très différent mais je n’ai pas tellement changé car je n’ai pas encore fait de très grands progrès en ce qui concerne l’involution[le développement] de l’âme. Je n’ai pas encore beaucoup changé car je pense toujours que je suis un homme qui ne doit dépendre que de lui-même pour son avancement et que Dieu est très loin quelque part dans le ciel et ne s’intéresse pas beaucoup à mon bien-être. Cependant ton père est maintenant dans un autre plan et je commence à me demander pourquoi il peut progresser et m’abandonner dans ce plan terrestre, et, alors que j’y pense, je sens qu’il doit y avoir quelque chose de plus que mes propres efforts pour que je puisse me libérer de ma situation présente. J’entends ce que ta mère me dit, mais d’une certaine façon, je ne comprends pas bien l’importance de ses enseignements car je crois que ses idées sont plus ou moins le résultat de son entraînement sur terre et n’ont aucun fondement réel pour croire en l’aide de l’Esprit Saint, mais comme je vois le merveilleux changement chez ta femme et ton père, je ne peux que penser que mes propres efforts pour me hisser hors de ma situation ne sont pas suffisants. Je réfléchis donc profondément à ce sujet. Ta grand-mère m’a aussi parlé de l’œuvre merveilleuse du Saint-Esprit dans son cas, ainsi que dans celui de très nombreux autres esprits qui étaient dans ma condition lorsqu’ils sont arrivés pour la première fois au monde des esprits et tout cela me fait penser qu’il y a quelque chose dans cette merveilleuse transformation de ces esprits au-delà de ce à quoi j’ai toujours pensé.
Je vais essayer d’apprendre ce qu’il en est, donc si tu peux m’aider de quelque façon que ce soit, s’il te plaît, fais-le car je ne veux pas rester dans cet état s’il y a un moyen pour moi d’en sortir. Tu sembles être en grande faveur auprès de certains esprits qui m’ont dit qu’ils avaient bénéficié de ton aide et donc je te demande de m’aider si tu peux le faire.
J’ai eu la visite d’un esprit qui m’a déclaré tre Jésus, mais je ne l’ai pas cru, même s’il était d’une brillance et d’une beauté extraordinaires. Je ne crois pas qu’il soit Jésus, même si ta mère m’a dit qu’il l’était. Mais jusqu’à ce que je puisse voir qu’il est le vrai Jésus, je ne me soucie pas de l’écouter, car je n’ai jamais cru que Jésus est plus que tout autre homme ni qu’il peut sauver quiconque du péché ou de l’erreur. Pourtant, comme il semble si bon et si beau, je me dis parfois que j’ai peut-être tort et qu’il est, en vérité, ce qu’il prétend être. A l’avenir, je l’écouterai davantage et s’il peut me montrer le chemin vers des choses plus élevées comme ta mère le prétend, je laisserai ses enseignements s’attarder dans mes pensées afin que je les examine.
Je ne suis pas très heureux comme je te l’ai dit, mais j’étudie les lois du monde des esprits et je les trouve très intéressantes pour mon esprit particulier.
Je constate que tu peux percevoir mes pensées et les écrire comme tu le fais maintenant, mais quand tu n’es pas dans une condition appropriée, tu ne peux pas entendre ce que je dis ou je ne peux pas te faire bouger le crayon en conformité avec ce que je veux que tu écrives. Je ne suis pas encore en mesure de déterminer pourquoi, mais ceux qui ont longuement étudié le sujet me disent que tu possèdes certaines qualités qui doivent répondre à certaines qualités que j’ai et que si ce n’est pas le cas, il ne peut y avoir de communication. Ce que sont ces qualités je ne le sais pas, je sais seulement qu’elles existent et que plus elles sont parfaites plus leur rédaction en relation avec les miennes est réussie. Tu appelles cela un rapport, mais ce n’est pas exactement le sens complet de la condition, car certaines personnes semblent avoir ces qualités et pourtant, entre elles et l’esprit, il n’y a pas de rapport ou de condition d’amour ou de sympathie ou ce que l’on peut comprendre par ce terme. Nous ne savons donc pas exactement ce qui est nécessaire pour établir cette jonction de pouvoirs ou de qualités. J’essaie de découvrir ce que c’est, si possible. Tu sembles avoir ces qualités dans une très large mesure et je ne trouve aucune difficulté à être dans la condition qui me permette de m’exprimer librement et toi de recevoir ce que je veux communiquer.
Je t’informerai de mes efforts dès que j’aurai découvert le véritable secret de cette condition.
Tu écris ce que je t’exprime vraiment. Le subconscient n’existe pas, le seul mental que tu as est celui qui te permet d’exprimer vraiment tes propres pensées qui ne dépendent pas de ce que les autres peuvent infuser dans ton cerveau comme je le fais maintenant, mais qui ont leur origine dans ton cerveau et qui ne sont pas le fruit d’esprits extérieurs. Ce qu’on appelle le subconscient n’est qu’une chose imaginaire utilisée par les scientifiques pour désigner ce qu’ils ne peuvent pas mieux nommer. Ce n’est pas une partie de toi-même ou de ton cerveau, mais seulement l’image que ces sages utilisent pour ce qu’ils ne sont pas capables d’expliquer.
Ne penses donc pas que lorsque quelque chose arrive à ta conscience que tu ne peux pas expliquer, c’est le subconscient qui le produit. Ce n’est pas le cas, il n’y a que deux sources de pensée, l’une qui provient de ton propre cerveau et l’autre qui te vient de l’extérieur comme conscience qui est cette condition d’être qui te permet de sentir ou savoir que certaines choses existent soit comme réalité ou comme simples idées qui, à ta connaissance, n’ont aucune existence réelle.
La conscience est une réalisation de n’être rien qui n’existe pas ou qui ne soit capable de s’exprimer dans la conscience.1 Les rêves ne sont pas vraiment des choses qui reposent dans la conscience car ils n’ont pas toujours une existence, ils ne sont que l’ombre de ce qui pourrait avoir une existence. Donc tu vois, la conscience n’est rien d’autre que la preuve de ce qui existe et de ce que ton cerveau ressent ou sait. Ne crois pas que je puisse te dire tout ce que tu veux savoir, car je ne le peux pas. Je ne suis qu’un étudiant comme toi, mais bien sûr, je suis plus âgé et je suis en mesure d’en apprendre plus que toi.
Tu ne dois pas penser que la mémoire est une preuve d’un quelconque subconscient parce que c’est autant la faculté du cerveau que toute autre partie de celui-ci qui montre son fonctionnement. La mémoire n’est pas séparée ou distincte du cerveau. C’est simplement cette portion qui maintient en pleine existence les connaissances ou les expériences déjà acquises. La mémoire ne crée rien de nouveau et lorsque tu te souviens de choses que tu as connues et oubliées, la mémoire ne fait que te procurer ces choses de son entrepôt que tu y as stockées. Donc, ne penses pas que la mémoire est autre chose qu’une partie du cerveau. Aucun moi subconscient n’est impliqué dans la mémoire, mais la mémoire est son propre moi et n’est qu’une partie du cerveau comme je l’ai dit.
Il n’y a pas de juste milieu entre le cerveau en tant que générateur ou instrument de production de la pensée et le mental des esprits ou autres qui fournissent des pensées indépendantes, même si parfois les sages pensaient que ces pensées sont de leur propre création. Comme tu sembles très intéressé par cette question, j’accorderai plus d’attention à son étude et j’essaierai d’apprendre le mécanisme de la pensée des esprits sur le cerveau des mortels.
Aucune loi que je connais ne montre qu’une pensée est autre chose que l’émanation de ce qui passe dans le cerveau d’un homme et ce que les esprits y mettent. Je veux dire que les pensées ne sont pas le résultat de quoi que ce soit d’autre que ce qui découle des observations des cinq sens d’un homme ou de ce qui est suggéré par les esprits. Je n’ai pas été très clair, je le sais, mais je t’écrirai un jour de façon plus complète et plus claire sur ce sujet.
J’étudie les lois de la vie spirituelle et son rapport avec la vie terrestre. Je ne sais pas encore exactement quel est ce lien, mais je crois que je le saurai très bientôt. Je suis sûr que tu en tireras beaucoup de profit si tu me laisses te dire occasionnellement quelle est ta relation en tant qu’être humain avec toi-même quand tu viens ici. Je ne sais pas si je suis très différent de ce que j’étais sur terre, si ce n’est que je ne souffre plus des limites que le corps m’impose.
Mon esprit est le même et mes idées sur la vie sont presque les mêmes, sauf que je vois que les choses matérielles n’ont pas beaucoup d’importance pour un homme, même lorsqu’il est sur terre. Tu peux faire tout ton possible pour accumuler et profiter de ces choses, mais dans un instant tu es sans elles, sauf que tes désirs terrestres et tes envies de les avoir peuvent te faire croire, même après ta vie ici, que tu les as toujours. C’est la seule grande chose qui empêche les esprits de progresser vers les choses supérieures. Je n’ai jamais vraiment aimé ces choses matérielles. Pourtant, je trouve que même les petits désirs de possession que j’ai eu m’ont empêché de progresser vers un plan où je suis informé que les règles intellectuelles sont suprêmes et où les grands esprits échangent leurs pensées du moment avec la vie spirituelle et terrestre.
Oui, il est parfois dans la troisième sphère (spirituelle) et est un esprit très heureux et très engagé dans ses études des choses spirituelles. Il devrait être en mesure de t’en dire beaucoup à ce sujet si tu lui en donnes l’occasion. Oui, je vois Mme Riddle et Bert très souvent. Ils ne sont pas très heureux parce qu’ils pensent que la vie spirituelle n’est pas ce qu’elle devrait être. Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont totalement dans l’esprit, mais ils ont l’idée qu’ils font toujours partie de la terre mais, comme ils ne peuvent prendre part aux affaires terrestres, ils ne sont pas si heureux. Votre mère leur a beaucoup parlé dernièrement et a essayé de leur enseigner les choses spirituelles auxquelles elle croit tellement, mais je doute qu’ils soient très impressionnés.
Non, je ne peux pas les aider car je ne crois pas aux choses que je t’ai dites.
J’essaierai de faire ce que tu me dis, mais il me sera plus difficile de croire que la prière est plus que la simple expression d’un désir et n’atteint pas plus haut que l’esprit et les désirs d’un homme.
Je ferai ce que tu me suggères et si tu as raison, je ne manquerai pas de lui consacrer tous mes efforts sincères et profonds ; si tu as raison, je ne saurai jamais comment te remercier, mais tu sauras dès que je saurai. Mais en attendant, ne penses pas que je ne fais pas tout mon possible pour devenir un homme meilleur. Je prierai avec toi comme tu le demandes. Je commence à voir ce que tu veux dire et il me semble qu’il y a une vraie philosophie dans ce que tu dis.
Je veux obtenir tout ce que les enfants de Dieu peuvent avoir et si ce que tu me dis est le seul moyen d’obtenir ce bonheur merveilleux, je vais essayer même si mes doutes sont maintenant des montagnes élevées. Je prierai avec toi ce soir et j’essaierai de croire de tout mon esprit et de toute mon âme.
Oui, je leur accorderai aussi mon attention et s’ils me disent ce qu’ils savent vraiment, j’obtiendrai le bonheur qu’ils ont, alors fais ce que tu penses être le mieux pour moi et je vais essayer d’avoir la foi dont tu parles.
Oui, ton père est très différent dans son apparence et je me demandais ce qui en étais la cause et je pensais que peut-être une condition particulière de son corps spirituel avait été créée par quelque chose qu’il avait acquis par sa femme ou sa belle-mère. Mais je vois maintenant que cela a dû être causé par d’autres influences que je désire également pour moi.
Oui, je vois que tu t’intéresses beaucoup non seulement à moi, mais aussi à eux et je ferai de mon mieux pour obtenir ce dont tu me parles, afin de pouvoir les aider comme tu me le demandes. Je sais que je n’ai pas accordé d’importance aux choses spirituelles sur terre, mais je n’en voyais pas la nécessité, car je pensais qu’à ma mort je n’aurais besoin d’aucune autre aide que la mienne pour vivre une vie de bonheur relatif. Mais si tu as raison, je saurai bientôt la différence, car je ferai ce que tu dis. Je prierai et demanderai à Dieu de me donner la foi pour croire qu’Il est mon sauveur du péché.
Oui, je vois qu’il doit y avoir quelque chose dedans. Ils prétendent tous avoir l’amour, mais alors je dois me tromper et eux doivent avoir raison. Tu as raison, laisses-moi penser à ce que tu m’as dit et je saurai bientôt si je dois être comme les autres membres du groupe.
Oui, je sais que tu m’as aimé même sur terre et que cette pensée m’a aidé à croire à que ce que tu me demandes de croire, et que ce que tu me dis maintenant est le fruit de ton amour. Je suis si heureux que tu penses à moi et que tu me montres le chemin et maintenant je vais te souhaiter une bonne nuit.
Ton ami d’autrefois,
A. G. Riddle.

1 Cette phrase n’est pas bien écrite et il serait bon d’examiner le document original, si on peut le trouver. De nombreux documents manuscrits originaux existent encore, mais malheureusement pas tous. Nous pensons en particulier que les originaux des volumes III et IV ont été endommagés et détruits par un mauvais stockage.
Mon interprétation personnelle de cette phrase est la suivante : « La conscience est une réalisation de l’être. Rien de ce qui n’existe pas ou n’est pas capable de s’exprimer n’est conscient. »

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/riddle-was-so-set-in-his-ways-of-religious-thoughts-vol-4-pg301/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s