Levez-vous et soyez comptés (3).

17 Avril 2002

Voyons, mon cher frère, si nous aurons aujourd’hui plus de chance dans notre entreprise.

Un jour dans l’année 28, lorsque Jésus était attaqué et provoqué par différents groupes Juifs, surtout en Judée, nous étions réunis avec le Maître à Béthanie. Dans le cadre d’une discussion avec lui, nous avons abordé le sujet des doctrines des Pharisiens qui étaient en accord, par certains aspects, avec ce que Jésus prêchait, mais s’en éloignaient complètement sous d’autres aspects.

Les Pharisiens étaient le groupe Juif doctrinal de plus grande influence en Judée et, ce qui n’est pas très bien connu aujourd’hui, ils ont même envoyé des délégations missionnaires à l’étranger pour prêcher parmi les Juifs et les non-Juifs, permettant la conversion de nombreux païens à mi-chemin du Judaïsme. C’est à dire, qu’ils avaient adopté les préceptes Juifs de base, tels que l’observance du Sabbat, sans passer à l’étape finale de devenir circoncis. Ces gens craignaient  Dieu.

Mais, soit dit en passant, ce sont eux qui formeraient à l’avenir le « bouillon culturel » pour la diffusion du Christianisme parmi les païens.

Jésus nous a expliqué que les doctrines en elles-mêmes ne causent pas de dommage, parce que chaque homme a suffisamment de critères permettant de distinguer ce qui est vrai et ce qui n’est pas vrai.

Comparant les doctrines avec de la nourriture, Jésus a expliqué :

« Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets ?  Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme.…» (Mathieu 15:17)

Approfondissant le sujet, il a nous fait remarquer qu’il existe une loi supérieure, la Loi de l’Amour, et que chacun a cette loi qui brûle dans son âme. Cette loi nous sert de ligne directrice. Sans connaissance de cette loi, il serait impossible aux hommes de trouver leur chemin. Dans chaque cas, lorsque les hommes violent cette loi, profondément à l’intérieur, dans leur cœur, ils le savent.

Lorsque nous écoutons des doctrines diverses, nous avons tous la capacité de discernement de ce qui est ou peut être la vérité, et de ce qui n’est certainement pas la vérité, tout simplement en évaluant leur teneur en amour. De cette façon, les fausses doctrines nous traversent sans causer de dommages, puisque nous les détruisons. Mais la vérité reste en nous, nous l’intégrons, et nous la transformons en une partie de nous. En fait, les doctrines humaines sont fausses en raison de l’ignorance humaine de la réalité. Toutefois, bien qu’elles soient fausses, lorsqu’elles sont basées sur l’amour, elles ont, indiscutablement, beaucoup de valeur.

Et Jésus avait raison, bien entendu. Des décennies plus tard, quand le Bar Nebi et Sha’ul, mieux connus sous le nom de Barnabé et de l’apôtre Paul, ont entrepris leur mission parmi les païens, la doctrine pharisienne avait ouvert, dans une large mesure, la voie pour eux.

Mais il est également vrai que les doctrines fausses et nuisibles trouvent très facilement une place dans le cœur des gens. Comment est-ce possible, si nous avons cette ligne directrice en nous ?

Eh bien, si nous comparons cette orientation innée avec une graine, alors elle doit avoir les conditions appropriées pour son développement. Si nous ne remplissons pas ces conditions, elle ne se développera jamais et les « mauvaises herbes » l’étoufferont facilement.

Voilà une autre responsabilité partagée. Lorsque l’enfant grandit dans une atmosphère imprégnée de perversion et de criminalité, cette graine ne rencontrera pas, bien entendu, toutes les possibilités de développement. Il est plus que probable que l’enfant va adopter ces attitudes qu’il observe dans son environnement. Néanmoins, plusieurs fois dans leur vie, les gens auront l’occasion de découvrir, avec l’aide d’autres personnes, cette vérité dans leur âme,  mais cela dépend d’eux. Comme je l’ai dit, c’est une responsabilité partagée, une responsabilité de la société.

L’incitation à la violence ou le mal en général, par la parole ou par l’exemple, est l’expression de l’extrême pauvreté de l’état de l’âme de l’instigateur. Malheureusement, nombreux seront ceux qui suivront leurs conseils, surtout quand les voix opposées sont absentes.

Et maintenant je souhaite revenir sur le message que j’ai transmis il y a deux jours. J’ai mentionné que tu étais silencieux, et tu as senti que je n’aimais absolument pas cette attitude.

Il y a des milliers de religions dans le monde, et la grande majorité d’entre elles prêche l’amour. Je ne vais pas commencer une discussion sur les différences entre l’amour naturel et l’Amour Divin maintenant, mais tu comprends que l’amour naturel et les efforts déployés pour le développer constituent aussi un moyen précieux pour améliorer la situation du monde.

Si souvent, lorsque nous assistons à des discussions sur les différences entre les religions, où l’une est sensée être supérieure aux autres, les hommes ne se lassent pas de mettre en évidence les vertus de leur propre religion, en mettant l’accent sur les failles de celles des autres personnes. Mais ils oublient qu’elles contribuent toutes au développement de l’humanité d’une manière positive.

Lorsqu’en revanche, le mal se présente sous sa forme non dissimulée et nue, tout à coup ils n’ont pas le courage de prononcer vigoureusement et avec fermeté leur opposition. Mais, mon ami, ce n’est pas simplement l’expression d’une opinion ; c’est l’intention d’ouvrir les yeux de ceux dont les âmes sont entièrement couvertes par cette « herbe ».

Crée des opportunités. Tes idées, correctes ou fausses, peuvent au moins permettre à d’autres personnes de méditer sur elles. S’ils les rejettent, c’est leur responsabilité. S’ils les acceptent, félicitations ! En outre, si tes idées et pensées contiennent un peu d’amour, elles ne peuvent pas être si mauvaises, qu’en penses-tu ?

Ne gaspille pas ton énergie, en essayant de changer la manière de vivre des personnes et en leur demandant de suivre la tienne, si leur chemin conduit au même objectif, avec peut-être quelques détours et demi-tours. Il y a tant de personnes qui marchent aveuglément et sans direction. Ne serait-il pas mieux de les aider à trouver leur chemin ? Et leur chemin ne sera pas nécessairement ton chemin, mais ce sera un chemin d’amour.

Le mal périra, et les faux enseignements disparaîtront. « Toute plante qui n’a pas été plantée par mon Père céleste sera déracinée a dit Jésus ». Cependant, le silence ne permettra pas d’atteindre cet objectif.

Très bien, je pense que nous avons réussi à transcrire une bonne partie de ce que je voulais dire. Rappelle-toi le message :94

« Je vais utiliser l’exemple d’un chœur. Individuellement, quand ta voix s’élève, sa portée est limitée. Mais, si ta voix est parmi des centaines d’autres, le chant que tu interprètes prend de la puissance, sa portée sera alors nettement plus forte. »

Cela exprime très bien ce que j’ai à l’esprit.

Maintenant, je vais te dire au revoir. Je te souhaite une journée pleine de bénédictions.

Ton ami et frère,

Judas.

______________________________

94 Voir le message transmis par Jésus à Amanda Reza le 23 Janvier 2001 :

http://new-birth.net/contemporary/ar12.htm

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s