Sortir de l’enfer.

6 février 2003

Je voudrais continuer mon message d’hier.

La clé de notre travail de sauvetage est la création d’un état de confiance. Habituellement, c’est un choix difficile pour un esprit lumineux d’approcher l’un de ces esprits sombres, car ils « s’encapsulent »  eux-mêmes, immédiatement, au point de refuser de prêter l’oreille à ce que l’esprit, qui tente de les aider, leur dit. Comment procéder, alors ?

Avec ces mots, j’ai terminé mon message. Comment procéder, alors ?

La première étape, comme tu l’as déjà deviné, est que les esprits qui, sur terre, éprouvaient de la sympathie avec ces pauvres gens condamnés en enfer, les abordent et essaient de renouveler cette amitié et confiance. Eh bien, connais-tu un cas où c’est exactement ce qui s’est passé – mon propre cas.

J’ai toujours eu une très bonne relation avec André. Il était, il est toujours, plus âgé que moi, et d’une certaine façon, j’ai vu en lui une figure paternelle. Il a su très habilement briser ma résistance initiale à sa présence, une résistance due au fait, entre autres choses, que je ne voulais pas que quelqu’un, dont je me souciais, me voit dans ma situation de malheur et de désespoir. Mais lorsque la glace fut brisée, j’ai compris que son intention était sérieuse et remplie d’amour et à ce moment-là   une étincelle d’espoir a pu naître en moi. Et c’est à cause de la confiance que j’avais en lui, que j’ai pu activer mon désir de progresser.

Eh bien, je vois ce que tu penses : que tous les esprits, dans des situations désespérées, devraient, logiquement, avoir un fort désir d’améliorer leur situation. Mais ce n’est pas aussi facile que tu peux le croire. Tu as raison, ce désir existe en effet dans leur âme, une volonté faible et médiocre qui habite une âme décharnée. Mais, même lorsque les esprits ainsi confinés ne reconnaissent pas consciemment que leur pauvre situation est la conséquence de leur propre faute, il y a un autre désir croissant inconsciemment en leur sein – leur désir d’autopunition – un désir beaucoup plus fort que celui qui leur permettrait de se lancer vers le progrès. C’est un cercle vicieux, et tu peux être sûr que, dans le cas des esprits résidant dans les enfers plus profonds, ils ne seraient jamais en mesure de briser cette chaîne en acier, les liant à leurs taudis froids, s’ils ne recevaient pas l’aide d’autres esprits, plus avancés, qui sont en mesure de restaurer leur propre estime et de transformer leurs sentiments de culpabilité en une vraie pénitence. Parce que ce n’est pas leurs lamentations constantes au sujet de « l’injustice », dont ils souffrent (de l’avis de nombre d’entre eux) et leur propre commisération qui leur permettront de progresser. C’est la reconnaissance de leur propre culpabilité, leur capacité à assumer les conséquences et aussi, plus important que toute autre chose – leur désir de réconciliation avec Dieu. C’est ce qu’on appelle la pénitence; c’est ce qu’on appelle le remords; c’est exactement ce que veut le Père : que tous Ses enfants égarés reviennent à Lui et célèbrent avec Lui sur les tables du paradis.

Oui, André a habilement réussi à casser ma résistance. J’ai eu la chance d’avoir un ami comme lui.

Parfois nous trouvons de la parenté, tels que des parents, des frères et sœurs, qui viennent pour aider ces pauvres âmes en enfer. Mais il y a une autre « institution » dédiée à cette tâche de sauvetage avec encore plus de succès.

Oui, tu l’as bien reçue. Je veux parler des âmes sœurs, de ces moitiés individualisées d’une seule âme. Elles ont de forts sentiments d’attraction l’une envers l’autre, il leur est donc rarement difficile d’établir une relation de confiance afin d’aider leurs homologues à progresser.

Cette fonction, celle d’aider leurs compagnons à se lancer dans le progrès, notamment dans les sphères inférieures du monde spirituel, est, peut-être, la plus importante et la plus décisive tâche pour l’institution des âmes sœurs.

L’amour entre âmes sœurs a été décrit comme la « cerise sur le gâteau », ou en d’autres termes, un ajout pour parfaire ce qui est parfait (la relation fondée sur l’Amour Divin) même « plus parfait. » Aussi je te dis que cette fonction est pratique, nécessaire et extrêmement bénéfique, même si ce n’est pas indispensable.

[H : Est-ce la raison pour laquelle les âmes sœurs, généralement, ne s’incarnent pas en même temps ou dans la même famille ou région ? Je veux dire, est-ce une disposition pour s’assurer de la présence d’au moins un des partenaires et afin qu’il puisse obtenir le développement nécessaire pour être capable d’aider son compagnon en cas de nécessité ?]

Ce n’est pas une règle, autant que je sache, mais en fait, elle s’applique dans la grande majorité des cas.

[H : Cela signifie également qu’il est impossible que les deux âmes sœurs puissent survivre dans le fond le plus sombre des enfers ? Parce que dans ce cas hypothétique il serait pratiquement impossible pour eux de s’entraider.]

Je n’ai jamais vu un tel cas. Franchement, je ne sais pas si cela est possible ou non. N’oublie pas qu’il existe d’autres mécanismes pour accélérer le désir des esprits condamnés, de se mettre à la réalisation de la réconciliation avec Dieu. Mais j’ose dire qu’il y a une probabilité de près de un  pour cent, qu’un tel un cas extrême – les deux âmes vivant dans un niveau catastrophique des ténèbres – se produise.

L’intervention des âmes sœurs dans les travaux de sauvetage pour les âmes « perdues » dans les enfers est explicitement décrite116 dans les messages de James Padgett. Il est vrai que dans ces messages, cette fonction essentielle de l’amour de l’âme sœur, n’a pas été soulignée. Avec mon message, j’espère que j’ai un peu contribué à une grande compréhension de de cette institution.

J’aurais, également, aimé parler de la puissance créatrice de mauvais esprits – pouvoirs incontrôlés et inconscients –  mais j’ai peur que tu ne sois épuisé. Je laisse le traitement de ce sujet pour un autre jour.

Je vais te dire au revoir maintenant avec mes meilleurs vœux pour ton  bien-être spirituel.

Ton frère en Christ,

Judas de Kerioth.

______________________________

116 Néron et Caligula furent tous deux sauvés des enfers par leurs âmes sœurs, qui, ironiquement, étaient chrétiennes.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s