67ème Sermon – Beaucoup de chrétiens considèrent ces sermons comme prophétiques.

21 Juillet 1963

C’est moi, Jésus.

Pour continuer avec le chapitre 53 : 4-6

« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. »

Ici le Second Isaïe, comme il me l’a dit, avait à l’esprit les péchés, la cruauté, les oppressions et les barbarismes, non seulement de ses propres jours, mais la sauvagerie et les abominations qui ont suivi le cours lent de l’histoire. Il a estimé que, même si Israël avait certainement péché et transgressé, comme les simples Écritures le montrent clairement, cependant l’abattage rituel coupe gorge des enfants et des prisonniers, l’incroyable comportement inhumain parmi les païens, qui avait suscité tant d’invectives de fureur ardente parmi les prophètes, fut un record de faits positifs dont l’Éternel était intensément conscient, mais qui devait être puni et serait puni, sinon celui qui connaissait Dieu et avait donc moins d’excuses pour l’iniquité – Israël ? (Ou, si j’interprète la victime comme le prophète, celui qui connaissait Dieu plus encore que le peuple ?)

Ainsi, dans ses vers le Second Isaïe montre ici que les Babyloniens avaient le sens de leurs propres péchés et manquements moraux et se rendaient compte qu’Israël avait reçu le châtiment de Dieu pour les péchés qu’eux et les autres nations païennes avaient commis. C’est pourquoi le Second Isaïe élève sur un plan moral les rites agricoles conçus avec le dieu Tammuz et fait souffrir les innocents pour les coupables dans une sorte d’expiation déléguée tout à fait en accord avec le concept païen du dieu mourant et dans le même temps, évoquant une réaction émotionnelle des Hébreux familiers avec les écrits d’Ézéchiel et les souffrances de Jérémie.

Le prophète, après avoir combiné ces éléments, souligne maintenant l’humiliation et la mort de la nation prophète selon les lignes traditionnelles Babyloniennes, tel qu’elles figurent dans le Second Isaïe, 53 : 7 -9

« Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche. Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment. Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu’il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ? On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu’il n’eût point commis de violence Et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche. »

Ces mots sont extrêmement intéressants, d’abord pour leur aspect littéraire, en ce qu’ils forment la poésie religieuse inspirée, représentant la punition de la nation prophète bouc émissaire précédant le rachat et contenant un appel émotionnel élevé, et deuxièmement, parce que beaucoup de chrétiens considèrent ces versets comme prophétiques, semblant pointer vers le Christ à venir. Mais je tiens à expliquer la source ou la composition de ces versets pour montrer qu’ils ne se réfèrent en aucune façon à moi, mais suivent une ligne de pensée déterminée par la situation douloureuse d’Israël en tant qu’exilés dans le pays des suzerains Babyloniens.

Compte tenu de la nation-prophète comme bouc émissaire, prenant sur elle les péchés des autres, ce qui est, comme je l’ai déjà montré, un concept purement Hébreu, le Second Isaïe a cherché les paramètres régionaux et les circonstances de l’actuelle expérience religieuse Babylonienne. Dans la précoce fête du printemps païenne ou Sacée, les dieux Marduk et Ishtar, la déesse de la fertilité, ont triomphé des formes de mort représentées par les saisons de l’automne – hiver. Le même point de vue caractérise le culte de Tammuz. Dans des temps très anciens le triomphe était apporté par la mort du roi; et sa progéniture, son fils, régnait à sa place avec sa revitalisante jeunesse. Mais ce spectacle fut progressivement remplacé dans le jeu de festival, premièrement dans le fait que c’est le fils qui mourrait, et enfin, par un criminel, condamné à mort, sorti de prison pour adopter le rôle du roi, et effectivement moqué, flagellé puis mis à mort dans ce sacrifice païen sanglant. Ce spectacle était répété chaque année au printemps et le prophète Hébreu, ainsi que la communauté Hébraïque de Babylone, étaient intensément conscients de cette pratique barbare. Ainsi, les versets justement cités se réfèrent à ce festival de Sacée. Le criminel sacrifié, qui mourrait à la place du fils du roi pour ramener la vie aux champs et la nourriture pour le peuple, est mélangé avec l’image de la nation-prophète Hébraïque mourant pour ramener la vie à la nation et à tous les peuples à travers l’action rédemptrice, comme les païens le pensaient, pour leur divinité.

Je répète que les chrétiens traditionnellement ont pensé que cela se référait à moi, et ils ont saisi avec empressement les détails tels que « l’agneau » conduit à l’abattage, et d’autres qui ont été « expliqué », ad nauseam, dans leurs livres de théologie. Mais permettez-moi de les détromper une fois encore que je ne suis pas un «dieu mourant» soit Babylonien, Chrétien, ou de toute autre secte, venu pour prendre les péchés de l’humanité avec mon sang séché, mais Jésus, le Messie, venu mettre à la disposition de l’humanité la vie éternelle de l’âme, par la prière au Père pour Son Amour.

Jésus de la Bible

et

Maître des Cieux Célestes.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s