La négativité à la guerre

Esprit : Wat Tyler
Date : 14 Février 2009
Lieu : Santa Cruz, Californie
Médium : FAB

Je suis Wat Tyler.

Vous captez parfaitement nos pensées, alors ayez confiance en votre don.

Ah, il y a si longtemps que la mort est venue à moi ! Et je n’avais aucune idée que les conséquences de mes actions dans la rébellion seraient si drastiques. J’ai savouré les meurtres que j’ai commis. Je prenais plaisir à détruire la vie et les biens, et pour cela, j’ai dû souffrir. Il y a toujours des conséquences à un comportement négatif à la guerre. Mon expérience a été un exemple tragique.

Et vous avez canalisé d’autres exemples, comme Oliver Cromwell, Che Guevara, et Nat Turner. Ils ont tous eu la même expérience que moi.

Alors laissez-moi être plus clair. Oui, nous, les paysans anglais, étions opprimés. Mais cela ne justifiait pas notre violence aux yeux de Dieu. Nous n’avons pas essayé de résoudre notre oppression d’une manière qui serait en harmonie avec la volonté de Dieu. Nous, les rebelles, avions un exemple vivant en la personne du roi, du moins au début, mais nous étions déterminés à accomplir les actes de violence, et nous en avons donc récolté les conséquences.

Laissez-moi maintenant vous éclairer sur les dirigeants de votre propre pays [les États-Unis]. J’ai fait l’effort d’enquêter pour vous. Ce que je vais vous dire maintenant est le résultat direct de conversations réelles avec ces différents esprits. Il y a ceux qui prennent plaisir à ces choses de la guerre. En effet, votre société n’est pas la seule à battre les tambours et à jouer la musique martiale qui provoque le patriotisme et le désir de se battre. Mais vous n’avez jamais été de ce genre de personnes.

Vous êtes perturbé et confus parce que le moyen d’accéder à l’indépendance pour votre pays et à sa suite, la Constitution, est passé par le chemin de la guerre. Et ce qui vous trouble également, c’est que malgré une pression intense pour mettre fin à la guerre civile, Abraham Lincoln l’a prolongée, augmentant ainsi les souffrances des deux côtés. Alors, pourquoi cela n’a-t-il pas été pris en compte dans le jugement ?

J’ai parlé avec Abraham Lincoln, et il m’a dit que tout dépendait du développement de son âme. C’est-à-dire qu’il pensait sincèrement, voire passionnément, que le principe de l’union devait être maintenu malgré le prix à payer. Si cela se traduisait par un grand bain de sang pendant quatre années entières, cela ne pouvait pas changer la réalité intérieure du président.

Il m’a dit que la priorité absolue dans son cœur avait été de mettre fin à la guerre et non de la prolonger. Il m’a dit que la véritable raison pour laquelle la guerre s’est prolongée pendant quatre années sanglantes, du moins à son avis, était l’incompétence totale de ses généraux, qui semblaient gaspiller toute chance de mener le conflit à son terme. C’est un paradoxe, n’est-ce pas, que dans son cœur il y avait le désir de mettre fin à la guerre, et pourtant en réalité, il l’a prolongée. Mais c’est parce qu’il voyait un plus grand bien, qui, selon lui, n’aurait pas été atteint s’il avait mis fin à la guerre plus tôt.

Il m’a également dit qu’il souffrait intérieurement à cause des souffrances infligées aux deux camps. Cela contrastait fortement avec tant d’autres dirigeants politiques, qui n’ont jamais eu la moindre pensée, ni la moindre compassion, pour les tragédies que leurs politiques ont engendrées. Je peux voir que l’expérience de M. Lincoln était unique et pas du tout typique, et cela grâce à son grand développement de l’âme, qui a souvent fait défaut aux dirigeants politiques en temps de guerre.

Vous pouvez donc voir à quel point mon expérience a été différente de celle d’Abraham Lincoln. J’étais tellement révolté par l’oppression des classes supérieures que je n’avais aucune considération pour les vies que nous avions ruinées. Aux yeux de Dieu, cela ne faisait aucune différence que mes victimes appartiennent à la classe qui m’opprimait, moi et mon peuple. Car le fait était que Dieu aimait chacun de ces aristocrates autant qu’il nous aimait, nous les paysans.

Et il est certain que ces aristocrates n’ont pas, et ne pouvaient pas non plus, échapper aux conséquences de leurs actes. Nous étions donc tous, paysans, propriétaires terriens et aristocrates, dans la même soupe, et nous étions comptabilisés par exactement les mêmes lois. Oh, le monde des esprits est vraiment le grand niveleur !

Maintenant, laissez-moi vous parler des pères fondateurs de votre nation. Il y avait George Washington. Vous avez découvert dans vos lectures qu’il a bénéficié, de plusieurs manières spectaculaires, d’une protection Divine, et il confirme que c’était bien le cas. Il a dit que, comme Abraham Lincoln, il avait en fait horreur de la violence de la guerre. Il a dit qu’il avait été engagé pour faire un travail en tant que commandant en chef, et qu’il voulait servir son pays. Lorsque la guerre s’est terminée avec succès, tout ce qu’il voulait, c’était se retirer à Mount Vernon. Et il a effectivement démissionné de l’armée.

Mais son pays l’a appelé à nouveau, cette fois pour être président, et il a donc choisi de servir à nouveau son pays, malgré son aspiration à une vie paisible à la retraite. Vous pouvez donc constater que son cœur était à la bonne place. Et pourtant, lui aussi a dû faire face à certaines choses.

Quant aux autres pères fondateurs, ils ont eux aussi connu des expériences positives et négatives à des degrés divers. John Adams, par exemple, a tiré un grand réconfort de son rôle dans la défense des soldats britanniques en tant que leur avocat.

En conclusion, les faits de guerre, avec toutes les atrocités et les tragédies qu’ils entraînent, sont une chose. Le développement de l’âme de ceux qui vivent ces événements malheureux en est une autre. Et par-dessus tout, il y a un Créateur aimant qui voit dans le cœur et qui ne manque jamais de donner à ses enfants ce qui leur est dû.

Walter Tyler, plus connu sous le nom de Wat Tyler (4 Janvier 1341 – 15 Juin 1381) a été le leader de la révolte des paysans anglais de 1381.

Les connaissances sur les débuts de la vie de Tyler sont très limitées et proviennent essentiellement des archives de ses ennemis.Les historiens pensent qu’il est né dans l’Essex, mais ne savent pas exactement pourquoi il a traversé l’estuaire de la Tamise pour se rendre dans le Kent, d’où il a mené la révolte. (Source : Wikipedia)

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-2009/negativity-in-war-fab-14-feb-2009/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s