J.W Un esprit sombre et souffrant vient demander de l’aide à M. Padgett

Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis. J.W. Laissez-moi vous écrire, car j’ai moi aussi besoin d’aide.
Vous avez donné beaucoup de temps à ces autres esprits, et j’avais peur que vous vous arrêtiez avant que je puisse écrire ; mais maintenant que j’écris, je sens que vous me donnerez l’occasion de vous dire combien j’ai besoin de votre aide et quels sont mes problèmes.
Je suis une femme qui, lorsqu’elle était sur terre, a vécu la vie d’une prostituée, et qui a gagné sa vie en vendant son corps et son âme pour préserver son corps. Quel corps onéreux, et quel corps répugnant et dégoûtant il est devenu avant ma mort. Oh, je vous le dis, s’il y a un Dieu qui punit les mortels pour l’usage qu’ils font de leur corps, ou plutôt le mauvais usage, alors ma punition sera grande, car j’ai maltraité mon pauvre corps de toutes les manières que le mental humain pouvait concevoir. J’ai bu de manière à ce que tous ses organes soient trempés dans l’influence néfaste des liqueurs ; et j’ai fumé de manière à ce que ses fonctions soient perturbées et que je sois inoculé de nicotine. J’ai commis l’autre réalité horrible de manière à ce que tous mes muscles et mes nerfs soient rendus incapables de faire le travail pour lequel ils ont été faits ; et j’ai mangé jusqu’à ce que mes organes digestifs soient tous désorganisés et deviennent inaptes à remplir leurs fonctions. Et pire que tout, avant de mourir, je suis devenu un véritable Lazare, mais mes plaies étaient le résultat de mes mauvaises actions avec les hommes, alors que les siennes n’étaient pas, pour autant que je sache, le résultat du mal.
Je vous dis que le mauvais usage du beau et merveilleux corps que Dieu m’a donné fut une réalité au-delà de toute conception ; et maintenant je sais que Dieu me tient pour responsable de l’usage correct de mon corps, tout comme les prédicateurs disent qu’il me tient pour responsable de l’usage correct de mon âme.
Je suis dans les ténèbres de l’âme, ainsi que dans la souffrance à cause de mes souvenirs du terrible meurtre de mon corps – car c’était un meurtre, bien que graduel et lent.
Mais au-delà de ces souvenirs du mauvais traitement que j’ai infligé à mon corps, il y a les souvenirs du traitement de mon âme et de tout ce qui a fait de moi un être humain, fait à l’image de Dieu, comme il me l’a été dit. Vous pouvez imaginer ce qu’a dû être mon corps, et je vous dis, comme je le vois maintenant, que la condition de mon âme est plus détestable que celle de mon corps. Mon corps a disparu et plus jamais je ne serai troublé par lui, ou n’aurai l’occasion d’en abuser ; mais mon âme est avec moi, et doit rester à jamais avec moi, et je peux continuer à en abuser. Je ne sais pas. Mais oh, mon Dieu, s’il y a un Dieu de miséricorde, je prie pour que je ne continue pas à le faire ! Sauvez mon âme, ce qu’il reste d’elle !
Je suis dans une torture indescriptible, et si un seul rayon d’espoir devait me venir, je ne cesserais jamais de remercier Dieu, ou celui qu’il m’enverrait. Je suis entouré de nombreux esprits qui sont comme moi, et sans espoir ni attente d’un quelconque soulagement de leurs grandes obscénités et de leurs souffrances.
Ne pouvez-vous pas m’aider d’une manière ou d’une autre, ne serait-ce que pour un court moment ? Je souhaiterais seulement que mon âme puisse mourir comme mon corps ! Mais ce n’est pas possible ; et penser que je passe l’éternité dans cette condition d’obscurité et de torture me fait crier de toute mon âme : Oh, que la mort vienne à moi ! Soyez miséricordieux, ô Dieu, et détruisez cette âme comme j’ai détruit le corps que vous m’avez donné ! Mais aucun Dieu miséricordieux ne me répond, et seul l’écho de mon cri me revient et se moque de moi, et semble dire, trop tard, trop tard ! Oh, dites-moi, n’y a-t-il aucun espoir ? Dois-je endurer tout cet enfer et ces tourments pour l’éternité ?
Pourquoi, je ne mérite pas une telle punition – une petite réalité de si peu d’importance comme je l’étais. Je ne pensais pas que Dieu me remarquerait suffisamment, même pour me punir, comme je suis punie. Mais je suis punie, et Ses moulins de rétribution doivent moudre très finement.
Eh bien, lorsque j’ai commencé cette horrible vie, je n’avais que dix-huit ans ; et je l’ai vécue pendant près de vingt ans, et en la vivant j’ai commencé, après quelques années, à m’enfoncer de plus en plus, jusqu’à ce qu’enfin, lorsque la convocation est arrivée, je fus une paria.
J’étais autrefois une bonne fille et j’avais un bon foyer avec des parents bienveillants et aimants ; et, chose étrange pour moi, ce qu’ils m’ont dit tend à faire de nous tous des anges et a fait de moi un diable – je veux dire de l’amour. Oh, quelle réalité dangereuse que l’amour pour un homme – et quel diable est l’homme qui profite de cet amour. Je sais que dans le monde, il est dit que tout est juste en amour et en guerre. Mais si tous devaient souffrir de l’amour comme je souffre, chaque femme dirait qu’il n’y a rien de juste en amour, et tout à perdre, comme j’ai perdu.
L’homme qui a trahi mon amour est dans le monde des esprits, et il voit mes souffrances ; et comme je souffre, il souffre et aussi longtemps que je souffrirai, il souffrira, me dit-on. Il me demande continuellement pardon, mais je ne peux pas lui pardonner, et mon amour pour lui s’est transformé en absinthe et en fiel. La seule ombre de plaisir que j’ai est lorsque je le vois me regarder et, par conséquent, souffrir comme je souffre. Mais cette ombre n’est pas une consolation.
Ses souffrances n’aident pas mes souffrances, et si seulement je pouvais me débarrasser de mes souffrances, je crois que ses souffrances diminueraient, et je ne le regretterais pas. Alors, dites-moi, pouvez-vous me montrer un moyen de réduire mes tortures ?
Je m’appelais J.W. Je vivais dans la ville de Newark, N.J., et je suis décédée en 1897. J’ai été enterrée dans le sol où sont enterrés les pauvres ; mais ce fait n’est pas important. Mon pauvre corps repose là aussi paisiblement que s’il était enterré dans le plus beau mausolée.
J’étais une jeune fille instruite. Je terminais ma dernière année d’études lorsque la terrible chose m’est arrivée et a fait mourir mes chers parents d’un cœur brisé ; car je tiens à vous dire qu’un cœur brisé, ça existe ; mais mon Dieu, cela ne peut se comparer à une âme perdue, comme la mienne.
Oui, je vous ferai confiance et je croirai, mais ne me laissez pas espérer, alors qu’il n’y a pas d’espoir. Dites-le-moi rapidement et je ferai ce que vous me direz. Oh, si je peux recevoir le pardon que celui dont vous avez parlé a reçu.
Oui, je vois beaucoup d’esprits, mais ils sont malheureux et ont besoin d’aide comme moi ; et vous ne voulez sûrement pas dire que l’un d’eux pourrait m’aider.
Mais oui, je vois de beaux et brillants esprits. Ils sont si beaux, et ils me regardent avec des yeux d’amour et de sympathie. Vous devez vouloir dire l’un d’entre eux. Oh, dites-moi que c’est le cas, car je sais qu’ils peuvent m’aider. Oh, comme ils semblent beaux et bons.
Eh bien, je peux à peine écrire. Oh, aidez-moi.
Elle m’appelle et me dit qu’elle va m’aider et me montrer le chemin. Elle met son bras autour de moi et dit : « Tu es ma sœur ; l’amour de Dieu est pour toi comme il est pour moi. Crois seulement qu’Il t’aime, et prie de tout ton cœur et de toute ton âme pour Sa miséricorde et Son pardon ; et viens avec moi dans un endroit tranquille, où je pourrai te parler plus complètement de Son grand amour et de Sa miséricorde. Cela te suffira ».
Je dois donc y aller. Oh, je vous remercie de tout mon cœur et donc, cher ami, je vous dis
Bonne nuit.
J.W.
_______________
109 Chaque fois que des initiales sont données au lieu d’un nom complet, c’est parce que des parents vivants peuvent faire objection. (J.P.G.) Comme le lecteur avisé l’aura maintenant remarqué, j’ai (G.J.C.) fait de nombreuses recherches afin de discerner qui pourrait se trouver derrière ces initiales, car le passage des années permet cette liberté. Souvent, cette information était contenue dans le journal quotidien tenu par James Padgett. Dans d’autres cas, il a été découvert à la suite de recherches personnelles. Parfois ces recherches n’ont pas abouti et, à l’heure actuelle, le mystère demeure. (G.J.C.)

Lien vers le document originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/a-dark-spirit-comes-to-mr-padgett-for-help-vol-4-pg273/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s