Le juge Syrick raconte les nombreuses bénédictions qu’il a reçues depuis son arrivée dans le monde des esprits

23 Mars 1916
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, Syrick.
Vous ne pouvez pas me perdre, comme le disent les garçons, car j’ai votre femme à mes côtés, et je pense que nous pouvons vous battre, vous et le Dr Stone, bien que vous soyez tous les deux de la même espèce.
Eh bien, mon cher ami, je veux vous écrire un peu car je ne vous ai pas écrit depuis un certain temps, et vous savez le grand plaisir que cela nous procure d’échanger quelques réflexions. Je suis très heureux, tout comme Rose, qui est ici, et qui dit que vous serez sa prochaine âme-sœur lorsque je divorcerai d’elle, mais je vous dirai en privé de ne pas dépendre de cela.
Je progresse et je suis avec elle beaucoup plus souvent qu’auparavant, et j’ai aussi plus de possibilités d’être avec vos amis.
Je viendrai bientôt vous écrire au sujet d’un fait dont la vérité m’est apparue depuis que je suis un esprit, et dont je sais que vous aimerez entendre parler.
Comment va mon ami le médecin ? Il a l’air très heureux, et s’il pouvait voir sa petite âme-sœur, je sais qu’il le serait.
Eh bien, vous avez eu l’avantage lors de ma vie terrestre, parce que vous en saviez plus que moi sur cet Amour Divin, mais je suis en avance sur vous maintenant, car j’ai mon âme-sœur juste ici, avec ses bras autour de mon cou, qui m’embrasse de temps en temps, et je le sais. Et vos âmes-sœurs disent que vos deux compagnes ont aussi leurs bras autour de votre cou, et elles savent que parfois vous le réalisez.
Je suis heureux que nous puissions avoir nos petites blagues ensemble. Oh, quelle différence par rapport à ce que j’attendais ! Je pensais que lorsque je viendrais, je serais soit en train d’aider à faire des feux, soit en train de monter sur les nuages, en jouant de la harpe. Mais je crois que je serai plus tôt comme je suis avec Rose, à me raconter toutes les douces réalités qu’elle réalise.
Je dois m’arrêter maintenant, et avec mon amour et celui de Rose, je vous souhaiterai une bonne nuit.
Votre vieil ami,
Syrick.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/judge-syrick-relates-his-many-blessings-vol-4-pg251/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s