Robert G. Ingersoll, cet écrivain, qualifié d’infidèle par ses contemporains, parle de ses opinions religieuses lorsqu’il vivait sur terre et il est amené à visualiser certains esprits brillants des Cieux Célestes

5 Août 1915
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

Je suis Robert G. Ingersoll.
Je suis un esprit qui, lorsqu’il était sur terre, a enseigné aux hommes que le seul salut requis pour eux était de bonnes actions et des cœurs bienveillants, et que la Bible, en dehors de ses préceptes moraux, n’était pas digne de foi, que beaucoup de ses affirmations étaient fausses et que tous ses enseignements quant à la croyance et à la foi n’étaient pas dignes de considération.
J’étais parfaitement sincère dans ce que j’ai enseigné et pensé, et je ne me sens donc pas coupable d’un très grand péché, bien que j’aie maintenant changé certaines de mes croyances, ou mieux, de mes pensées. Je ne croyais pas que Jésus ait jamais vraiment vécu, comme le dit la Bible, et je ne croyais certainement pas à une expiation par procuration, ni à un quelconque salut par le sang ou la propitiation d’un Dieu en colère. Je ne croyais pas non plus à une nouvelle naissance ou à l’une des doctrines de Saint Jean faisant référence à une âme rachetée ; mais je croyais que l’état futur de chaque homme, s’il devait y avoir un état futur, dépendait de ses actes d’amour et de miséricorde envers son prochain. Je croyais que Dieu ne devait pas être adoré ou consulté, et qu’il ne voulait ni ne pouvait sauver un homme de tout ce qui pourrait le rendre malheureux ; mais l’amour de cet homme pour les autres était la grande chose qui déterminerait sa condition dans la vie future, si une telle vie existait.
Je n’ai pas nié qu’il y aurait une vie future. Je n’en savais tout simplement rien, et c’est pourquoi tous mes enseignements visaient à faire vivre les hommes sur terre d’une manière qui leur apporterait le bonheur en tant que mortels. Et ma pierre angulaire, pour ainsi dire, était l’amour, l’un envers l’autre. Et c’est ainsi que sont nés l’amour, la bonté et le pardon, le bon sentiment et l’équité. J’ai particulièrement insisté sur la nécessité de l’amour à la maison.
Je suis toujours d’avis que ces qualités, si elles sont possédées et exprimées dans l’action, rendront les hommes plus heureux, rendront le monde meilleur, et élimineront enfin le mal et la détresse.
Mais je vois maintenant qu’il y a une vie future et que les hommes qui voudraient jouir du plus grand bonheur dans cette vie future doivent non seulement avoir cet amour et cette bonté les uns pour les autres, mais doivent aussi rechercher l’Amour de Dieu, et croire que Dieu est un Père d’Amour et croire qu’Il s’intéresse à l’âme de chaque homme.
Je suis dans la quatrième sphère et j’éprouve beaucoup de bonheur dans mes activités intellectuelles et dans mon amour pour mes semblables, et j’essaie de les aider à tirer le meilleur parti de la vie sur terre. Je ne crois pas encore aux enseignements de ces parties de la Bible qui, en fait, disent qu’il faut croire au Seigneur Jésus-Christ pour être sauvé, car je ne crois pas qu’une simple croyance puisse sauver un homme de quoi que ce soit. Je sais que beaucoup ici croient que Jésus est le sauveur des hommes, comme l’enseignent les églises orthodoxes, mais je pense que ces esprits se trompent autant que ceux qui croyaient à la même doctrine lorsqu’ils étaient sur terre.
Je me considère comme sauvé. Je n’ai pas trouvé l’enfer tel qu’enseigné par les églises, bien que chaque homme doive payer les pénalités pour ses mauvaises actions commises sur terre, et beaucoup d’hommes souffrent ici depuis qu’ils sont devenus des esprits. Je dois avouer que j’ai été quelque peu surpris de voir que les esprits qui n’ont pas vécu correctement sur terre subissaient des tortures très graves ; mais je suppose que c’est l’effet de la loi qui exige une peine pour chaque violation de son commandement.
Mais je ne comprends pas que ces souffrances doivent continuer éternellement, ni que l’état de ces hommes soit fixé. Le progrès est la loi du monde des esprits, et je ne peux concevoir qu’un esprit quelconque reste le même pour toute l’éternité. Pour moi, la grande satisfaction est qu’il n’y a pas d’enfer orthodoxe et pas de diable pour punir les méchants. Je ne suis pas moi-même entièrement satisfait que la condition de ceux qui souffrent de leurs mauvaises actions puisse ne pas durer longtemps, car il m’est dit que beaucoup de ces esprits sont dans un état de souffrance depuis longtemps.
Eh bien, je suis satisfait de la condition dans laquelle je me trouve et de la possibilité de progression, et je n’ai pas besoin des enseignements des esprits qui prétendent avoir la connaissance d’un amour supérieur qui apporte un bonheur d’un genre qui leur permet de jouir de la béatitude suprême. Ces esprits, je crois, sont ceux qui avaient les vieilles idées des églises, contre lesquelles j’ai enseigné. Je n’étais pas été obligé de subir de telles souffrances lorsque je suis arrivé dans le monde des esprits ou d’endurer beaucoup de ténèbres ; mais je suppose qu’il y avait des actes pour lesquels je devais payer les pénalités, et donc que j’ai dû en subir certaines. Mais comme mon amour pour toute l’humanité était mon principe et mon sentiment lorsque j’étais sur terre, cet amour me donne une position dont je bénéficie maintenant.
Je pourrais écrire beaucoup plus longtemps, mais je ne le ferai pas ce soir, et je reviendrai un jour expliquer certaines des lois du monde des esprits. Je m’appelle Robert G. Ingersoll et j’ai été traité d’infidèle.
Eh bien, mon ami, c’est une proposition très étonnante, et vous devez être soit un homme très ignorant, soit un homme très vaniteux pour faire une telle déclaration.
Pour ce qui est de la dernière affirmation, vous avez raison. J’ai l’esprit ouvert et je suis prêt à apprendre toute vérité qui me serait présentée de manière à me convaincre qu’il s’agit d’une vérité. Vous déclarez des choses dont je n’ai pas connaissance et que je ne crois pas être vraies. J’ai beaucoup pensé à Dieu et je crois en un Dieu, mais quant à cet Amour Divin, je n’en ai jamais entendu parler ni n’y ai jamais pensé.
Je ne connais pas d’autre amour que l’amour pour l’homme, et cela signifie esprit pour esprit, et un certain amour de Dieu pour l’homme. Mais quant à un Amour qui fait participer à la divinité, je n’en ai jamais entendu parler. Et quant à la Nouvelle Naissance dont vous parlez, je n’y crois pas plus que je n’y croyais sur terre. Cela me semble une folie. Qu’est-ce qui pourrait me permettre ou permettre à tout autre esprit de naître de nouveau ? Vous pourriez probablement dire que lorsque j’ai quitté mon corps et que je suis devenu un esprit, je suis né de nouveau, et dans un sens c’est vrai, mais lorsque vous me dites que je dois naître de nouveau et que par cette naissance je deviendrai un participant de la divinité, je ne peux pas croire ce que vous dites ni comprendre ce que vous voulez dire.
Eh bien, vous énoncez votre proposition de manière très juste et très claire, et je dois dire que je suis impressionné par ce que vous dites, et il se peut que vous ayez raison. En tout cas, je garderai l’esprit ouvert et je me tiendrai prêt à entendre tout argument de votre part ou de tout esprit que vous avez mentionné ; et s’ils peuvent me montrer la vérité de vos propositions, je n’hésiterai pas à les accepter. Je veux apprendre tout ce qui est possible, et comme j’ai été un chercheur honnête sur terre, je serai honnête ici. Vous faites des affirmations très fortes et vous semblez être sérieux dans ce que vous dites, et pour ces raisons je dois vous écouter.
Oui, je connaissais très bien Riddle, et il était un peu comme moi. Je ne l’ai pas rencontré depuis que je suis devenu un esprit, mais j’aimerais le faire.
Je garderai à l’esprit ce que vous dites et j’observerai toute différence de beauté qui pourrait exister, car si tel est le cas, il doit y avoir une raison à cela, et cette raison, je m’efforcerai de la comprendre. J’ai fait comme vous l’avez suggéré et je vois Riddle, mais je le reconnais à peine, car il est tellement changé et tellement plus beau que je ne l’imaginais. Il m’a serré la main et m’a présenté aux autres. Et quels beaux esprits ils sont ! Celui qui, dit-il, est votre grand-mère est glorieux dans sa beauté et son éclat, et l’amour semble faire partie de son être même. Comme je vous remercie pour cette expérience ! Je pars avec Riddle, qui dit qu’il a une merveilleuse vérité à me communiquer et que je vais me laisser persuader de sa réalité.
Alors, mon ami, je vous remercie pour notre conversation et si vous le souhaitez, je reviendrai vous raconter le résultat de notre entretien – je veux dire entre Riddle et moi. J’ai fait la demande auprès de votre grand-mère et elle dit qu’elle sera heureuse de me parler de cet Amour dont vous parlez. Mais laissez-moi vous dire ceci avant que je ne m’arrête ; que ce que vous avez dit sur la différence de beauté et de luminosité des esprits est vrai et que je suis comme une nuit sombre comparée au soleil de midi si je compare mon apparence à la leur. Je suis si heureux d’être venu vous rencontrer ce soir. Alors, mon cher ami, pour l’instant je vais vous dire au revoir.
Votre ami,
Robert G. Ingersoll.*
________________
* Note du traducteur : Robert Green « Bob » Ingersoll (11 Août 1833 – 21 Juillet 1899) était un avocat américain, un vétéran de la guerre de Sécession, un leader politique et un orateur des États-Unis pendant l’âge d’or de la libre pensée, connu pour son large éventail de culture et sa défense de l’agnosticisme. Il a été surnommé « le grand agnostique ». Robert Ingersoll est né à Dresde, dans l’État de New York. Son père, John Ingersoll, était un prédicateur congrégationaliste de tendance abolitionniste, dont les opinions radicales forçaient sa famille à déménager fréquemment. Bien qu’il ait été pendant de nombreuses années le plus célèbre des infidèles américains, le colonel Ingersoll est né et a été élevé dans un foyer Chrétien. Son père, John Ingersoll, était un ministre congrégationaliste et un homme de référence en son temps, un penseur profond, un orateur logique et éloquent, large d’esprit et généreusement tolérant envers les opinions des autres. Après la guerre, il a occupé le poste de procureur général de l’Illinois. Il était un membre éminent du parti républicain et, bien qu’il n’ait jamais occupé de poste élu, il participait néanmoins activement à la vie politique. Ingersoll était surtout connu comme orateur, le plus populaire de l’époque, lorsque l’oratoire était un divertissement public. Il s’exprimait sur tous les sujets, de Shakespeare à la Reconstruction, mais ses sujets les plus populaires étaient l’agnosticisme et le caractère sacré et refuge de la famille. Il mémorisait ses discours, même s’ils duraient parfois plus de trois heures. On disait de son public qu’il n’était jamais agité. De nombreux discours d’Ingersoll prônaient la libre pensée et l’humanisme, et se moquaient souvent des croyances religieuses. Pour cela, la presse l’attaquait souvent, mais ni ses opinions ni la presse négative ne pouvaient arrêter sa popularité croissante. Au plus fort de la gloire d’Ingersoll, le public payait un dollar ou plus pour l’entendre parler, une somme considérable pour l’époque. (Source : Wikipédia)

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/robert-ingersoll-tells-of-his-religious-views-when-on-earth-vol-4-pg176/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s