La vie et la mort, les amis des mortels, chacune à accueillir. L’une, l’amie pour l’éternité ; l’autre, l’amie pour un instant seulement, mais quel amie !

10 Mars 1917
Reçu par James Padgett
Washington D.C.

C’est moi, R. G. Ingersoll
Ce soir, je suis un esprit très heureux, et celui qui réalise que « ce n’est pas toute la vie de vivre, ou encore de mourir« , car la vie et la mort ne sont que des incidents dans l’existence de la carrière de l’âme immortelle à travers l’éternité. La vie sur terre n’est qu’une courte respiration de l’âme en servitude, pourtant si chère aux mortels ; et la mort du physique est la libération de cette âme de sa servitude. Cependant, les hommes la craignent et l’évitent, et, si cela était possible, ne la laisseraient jamais venir à eux. Il est possible de dire que cela est naturel et qu’il ne faut pas s’en étonner, et tout cela parce que les mortels ne savent pas que la vie et la mort sont des frères, travaillant pour le bien de l’humanité, la première leur donnant la possibilité de chercher et de posséder le bonheur ou la misère, et la seconde mettant fin à cette possibilité en ceci, que le bonheur peut être accru sans avoir à subir l’influence retardatrice que la vie sur terre jette autour des mortels, et la misère, ou plutôt la cause de celle-ci, empêchée de se développer. Vous voyez donc que la vie et la mort sont complémentaires, l’une positive et l’autre négative, mais chacune est la grande amie utile de l’âme humaine.
Vous vous demandez qui je suis, et je me demande ce que je suis – ce que je suis, et non ce que j’étais.
Mon ami, la vie a continué avec moi en plus grande et plus large abondance, et jusqu’à présent je suis le possesseur de cette vie que Jésus est venu déclarer sur terre être l’héritage de tout mortel qui devrait la rechercher. Mon ami, la mort m’a quitté, et en me quittant, elle a emporté avec elle toutes les possibilités de causes accrues de malheur dans mon âme. Les résultats ou les effets des causes qui existaient dans mon âme pendant la vie mortelle m’ont accompagné dans une abondance plus aiguë et accablante ; mais aucune cause nouvelle ou supplémentaire pouvant produire des effets supplémentaires ne m’a accompagnée. La mort les a emportées avec elle lorsqu’elle m’a quittée pour toujours.
La vie et la mort – les amies des mortels, chacune doit être accueillie ! L’une, l’amie pour l’éternité ; l’autre, l’amie pour un instant seulement, mais quelle amie !
J’avais l’intention ce soir de vous écrire un long et (comme je le pense) un important message relatif au monde réel des esprits, mais j’ai pensé qu’il valait mieux ne pas le faire, et je vous ai donc livré quelques petites pensées impersonnelles en référence à mes amies et à vos amies.
Je reviendrai bientôt. Bonne nuit et que Dieu vous bénisse.
Votre frère dans le Christ,
R. G. Ingersoll.

Lien vers le message originel : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-4/life-and-death-the-friends-of-mortals-each-to-be-welcomed-vol-4-pg185/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s