Jésus : La loi de l’équilibre

Le 18 Janvier 1988
Reçu par D.L.

Je suis maintenant ici pour écrire, mon cher frère en Christ, et je suis de nouveau très heureux de venir à vous aujourd’hui pour délivrer un autre message à travers vous et pour le bien de l’humanité tout entière. Comme vous le savez, je suis votre ami en esprit, Jésus, qui est le Maître des Cieux Célestes et le leader éternel de notre église sur terre, et je viens à vous comme d’habitude pour essayer de vous communiquer une portion d’information qui s’avérera utile pour encourager tous nos frères mortels à chercher le vrai chemin vers l’expiation avec notre Père Céleste.

Comme il vous a été dit, il existe de nombreuses lois, tant naturelles que spirituelles, qui régissent le fonctionnement de l’Univers de Dieu, et sans lesquelles le chaos existerait vraiment. Ces lois sont parfaites dans leur fonctionnement, même si l’homme ne les applique et ne les respecte pas toujours. Et quand ces lois sont violées, ce n’est pas Dieu, mais les peines inhérentes à la violation de ces lois s’appliquent pour restaurer l’harmonie que l’homme lui-même a troublée.

L’homme est une créature qui dispose du libre arbitre, d’utiliser sa volonté comme bon lui semble ; et, dans l’exercice de cette volonté, il demeure le véritable maître de sa propre destinée tandis qu’il demeure encore un mortel. Certes son temps sur terre est certes selon les normes de la perspective éternelle, mais c’est néanmoins un moment très important car il concerne sa croissance et son développement présent et futur. Ce qu’il fait sur terre détermine, dans une large mesure, ce qu’il fera ou, dans certains cas, ce qu’il devra faire lorsqu’il deviendra un esprit.

Sur terre, l’homme n’exerce sa volonté que pour un certain temps, car il s’agit d’un exercice totalement libre. Dans le monde des esprits, cependant, alors que la volonté existe encore, il n’est plus complètement libre dans son exercice parce qu’il lui faut tenir compte de certaines fautes et aussi parce que les règles de vie dans le monde des esprits sont quelque peu différentes de celles du caractère purement matériel ou terrestre.

Dans un message précédent, vous avez été informé de certaines occasions de pécher ou de violer les Lois de Dieu, qui bien qu’existantes pour les mortels sur terre, n’existent plus lorsqu’un homme devient un esprit. Le potentiel de péché étant éliminé, par conséquent, il ne peut y avoir d’autres régressions. Cependant, cela ne s’applique pas à la stagnation ou de l’absence de croissance, car le développement d’une personne peut rester bloqué pendant de nombreuses années, voire des siècles, avant que la croissance et le progrès reprennent ou commencent à se manifester. Et il y a une loi qui détermine à quel moment la progression peut reprendre, en supposant maintenant qu’une personne a fait un certain progrès et développement de l’âme tout au long de son existence humaine. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, l’avancement dépend encore de la satisfaction de certaines conditions d’âme qui permettront le début d’un développement positif.

Habituellement, la plupart des mortels ont mené des vies telles qu’il existe une certaine quantité de bienfaits mélangée avec une certaine quantité de malfaisances. Et donc, même sur terre, très peu d’entre eux n’ont fait absolument aucun progrès, quel qu’il soit. Et pourtant, quand nous parlons de progrès du côté spirituel de la vie, nous parlons de progrès qui ne peut avoir lieu que lorsque l’âme est dans cette condition où le degré de bonté et d’harmonie existant à l’intérieur dépasse ce degré de mal ou d’inharmonie accumulé dans la vie terrestre.

Dans des messages précédents par l’intermédiaire de M. Padgett, vous avez lu de nombreux messages d’associés de M. Padgett qui étaient à diverses étapes du développement de l’âme. Ceux qui se trouvaient dans les enfers éprouvaient bien entendu beaucoup de souffrances, tandis que d’autres, qui se trouvaient dans les plans supérieurs de lumière relative et de bonheur, parlaient de leurs expériences de la vie plus agréables. Ce qui n’a pas été exprimé, ou expliqué dans une plus grande mesure, c’est ce point précis du temps et du développement où l’équilibre bascule en faveur du bien, et où le vrai développement spirituel dans les plans spirituels devient possible et potentiellement accélérateur dans la nature. Ce basculement en faveur du développement se produit lorsque la bonté accumulée dans l’âme d’un homme commence à supplanter le mal expié ou, plus précisément, le mal qui existe encore après la suppression dans son âme d’un certain nombre d’incrustations et qu’un meilleur équilibre a pu se créer avec le bien qui y était accumulé. Ce point d’équilibre, où l’âme d’un homme contient des proportions égales de bonté et d’incrustations, marque le point où le véritable progrès devient, par la suite, possible. Et, jusqu’à ce moment, chaque âme est tenue à son plan d’existence individuel, que ce soit dans un plan inférieur ou supérieur à son entrée initiale.
Ceux qui, dès leur entrée dans la vie spirituelle, sont dans les plans les plus bas des enfers sont tenus de passer le plus de temps dans ces plans, non seulement à cause de l’étendue de leur dégradation et de leur péché, mais aussi à cause de la rareté de leur bonté accumulée. Cependant, ceux qui sont dans les plans supérieurs, avec plus de bonté correspondante à leur nature sous-jacente, restent généralement beaucoup moins longtemps confinés à ces plans avant que l’équilibre entre la bonté et les incrustations ne se soit équilibré par expiation de l’âme, du relativement moindre encrassement existant dans l’âme des personnes dans ces plans supérieurs.

La loi à laquelle je fais référence pourrait être appelée la loi de l’équilibre, bien que la formulation ne soit pas aussi importante que le concept ou la réalité elle-même. Et, de toutes ces remarques, vous pouvez vous rendre compte que le temps que chaque individu met pour atteindre cet équilibre varie énormément et dépend de la grande variété des âmes des nouveaux venus dans le monde spirituel. Dans une moindre mesure, mais tout de même importante, il y a aussi la question de connaître le rapport entre la quantité d’aide offerte de l’extérieur et celle qui est vraiment reçue et mise en pratique par l’esprit exposé à cette aide. Car, comme il vous l’a déjà été dit, sans l’aide d’autres esprits, le progrès d’une personne pourrait rester au point mort pendant un nombre incalculable d’années, contrairement à ce qui serait nécessaire.

Le progrès, alors, est vraiment le mélange de deux événements : d’une part l’atteinte, par l’âme, d’un équilibre minimum entre la bonté accumulée et les incrustations, d’autre part l’aide disponible donnée de l’extérieur pour faire progresser cette âme vers une lumière et une joie supérieures. Et, bien entendu, une fois que, dans l’âme d’un homme, la bonté commence à l’emporter sur les incrustations, le progrès subséquent devient alors non seulement possible, mais probablement accélérateur par nature. Car lorsqu’une personne commence à éprouver du bonheur et qu’elle est convaincue qu’elle est sur la bonne voie vers un développement ultérieur et un bonheur encore plus grand, elle tend naturellement à suivre cette voie spécifique avec plus d’intensité et de dévouement.

Eh bien, je pense que cela devrait suffire pour tous vous familiariser avec une autre loi qui s’applique et prévaut dans notre monde spirituel. Cependant, la chose importante à garder à l’esprit n’est pas la connaissance de toutes les lois spirituelles impliquées dans le maintien de l’harmonie de l’Univers du Père, car cette connaissance vient à temps, en accompagnant le développement supérieur de l’âme, et lorsque le Père veut nous révéler les rouages de ces lois. Non, la chose importante, le but à garder toujours devant nous, ce sont nos propres efforts pour le développement de l’âme et la communion avec notre Père Céleste par la seule et unique voie que j’ai enseignée sur cette terre il y a deux mille ans, et que je continue à enseigner de nos jours : par une prière ardente et sincère pour son amour éternel. Et je suis heureux de conclure cette présentation d’aujourd’hui en disant que vous, nos administrateurs bien-aimés, n’aurez jamais à vous soucier d’atteindre la position « d’équilibre » nécessaire pour progresser, parce que votre bonté dépasse déjà de loin les autres incrustations que vous allez tous expier au fur et à mesure que vous obtenez de plus en plus de l’Amour purificateur des Pères. Je vous laisse maintenant avec mes bénédictions et mon amour jusqu’à la prochaine fois.
Votre ami et frère en Christ, Jésus.

Lien vers le document originel : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-1984-2000/jesus-the-law-of-equipoise-or-balance-dl-18-jan-1988/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s