L’âme incarnée, par Jésus

Esprit : Jésus
Date : 15 Février 1920
Lieu : Washington D.C.
Médium : Reçu par James Padgett

Je suis là, Jésus.

Comme promis hier soir, je suis ici et j’écrirai sur le sujet de l’Âme incarnée. Vous avez peut-être observé, lors de vos études des différentes théories de la création de l’homme, que la question s’est toujours posée quant à la relation entre le spirituel et le physique, c’est-à-dire entre l’âme et le corps matériel. Je sais que de nombreuses théories ont été avancées sur la manière dont l’âme est devenue une partie du corps physique et quand elle l’est devenue, ainsi que sur les moyens adoptés par les lois de la nature, comme on les appelle, pour le logement de l’âme dans ce corps, et la relation que l’un entretient avec l’autre. Bien sûr, cela ne s’applique qu’aux mortels qui croient qu’il y a une âme séparée, dans son existence et son fonctionnement, du simple corps physique. Quant à ceux qui ne croient pas à l’existence d’une âme distincte, je n’essaierai pas de les éclairer, mais je les laisserai à une réalisation du fait lors de leur arrivée dans le monde spirituel, lorsqu’ils se retrouveront en l’absence de leur corps, mais réellement existants, tout en étant conscients qu’ils sont des âmes.

Lorsque le corps physique est créé, il n’a pas conscience d’avoir été créé, car il s’agit simplement des créations inconscientes qui sont des autres créatures matérielles de la nature, et il ne ressent ou ne ressent aucunement le fait que c’est une chose vivante qui dépend de l’alimentation appropriée de sa mère pour sa croissance et sa vie continue conformément aux lois de la nature et aux objets de sa propre création. Le père et la mère, étant nécessaires à la création ou à la formation de cette production purement animale, savent seulement que, d’une certaine manière, un embryon a vu le jour et peut même devenir un être humain semblable à eux-mêmes. Si cette chose était autorisée à rester sans l’âme, elle échouerait bientôt à accomplir l’objet de sa création et se désintégrerait dans les éléments dont elle est formée, et l’humanité cesserait d’exister en tant qu’habitants de la terre. Cette partie physique de l’homme est vraiment, et seulement, le résultat du mélange de ces forces qui sont contenues dans les deux sexes, lesquelles selon les lois de la nature ou de la création de l’homme, sont aptes à produire le seul corps adapté à la maison de l’âme, à développer son individualité en tant qu’être vivant et éventuellement immortel.

Le résultat de ce mélange n’est destiné qu’à servir de couverture ou de protection temporaire pour la croissance de l’être réel, et ne limite, ni n’influence, en aucune façon l’existence continue de l’âme. Lorsque ses fonctions sont terminées, l’âme, qui s’est alors individualisée, continue sa vie dans un nouvel environnement et dans une progression graduelle, et le simple instrument utilisé pour son individualisation est disséminé dans les éléments formant son apparence et sa substance. Comme cet organisme a été appelé à partir des éléments pour un certain but, lorsque ce but est accompli, il retourne à ces éléments.

Ce corps, de lui-même, n’a ni conscience ni sensation, et au début n’a que la vie empruntée de ses parents, et quand l’âme trouve son logement, elle n’a que la vie de l’âme : car la vie humaine ne peut exister qu’aussi longtemps que l’âme habite le corps. Lorsque cette habitation commence, la vie empruntée des parents cesse d’exercer une influence ou une force directrice sur le corps. Ceci, alors, est vraiment la vraie description du corps physique, et si l’homme se limitait à ce corps, il périrait avec sa mort et cesserait d’exister en tant que partie de la création de l’univers de Dieu.

Mais l’âme est la partie vitale, vivante et éternelle de l’homme – elle est vraiment l’homme – et la seule chose qui est destinée à continuer à exister dans le monde des esprits. Elle a été faite à l’image de Dieu, et il n’y a aucune raison pour qu’elle existe continuellement en compagnie du corps physique. Lorsque les hommes disent ou croient que l’existence de l’homme se limite à celle de son corps et que l’homme cesse d’exister au moment de sa mort, ils ne comprennent pas la relation ou le fonctionnement de l’âme et du corps, et ne connaissent que la moitié de la vérité qui est visible à leurs sens – que le corps meurt et ne peut plus jamais être ressuscité. C’est un fait déterminé et tous les arguments analogiques visant à montrer que l’homme doit continuer à vivre en dépit de la mort de ce corps, ne sont pas pertinents et très peu concluants. Toutes ces apparences analogiques montrent seulement que les objets de l’analogie finissent par mourir, et ne parviennent donc pas à prouver que ces objets sont éternels, comme s’il n’y avait jamais eu de changement dans leur état ou leur apparence. La démonstration finale est qu’ils meurent et, lorsque cette analogie est appliquée à l’homme, elle doit montrer qu’il meurt aussi, et qu’il n’est plus. Mais nous nous demandons d’où vient l’âme, par qui elle a été créée, comment s’incarne-t-elle dans l’homme et dans quel but, et quel est son destin ?

Permettez-moi d’abord d’affirmer que l’homme n’a rien à voir avec la création de l’âme ou son apparence dans la chair. Son travail est de fournir un réceptacle pour sa venue – un simple hôte, pour ainsi dire, pour son entrée dans la chair, et son existence en tant que mortel ou dans l’apparence d’un mortel. Mais sa responsabilité dans ce cas particulier est très grande, car l’homme peut détruire ce réceptacle, ou en prendre soin pour que l’âme puisse continuer à vivre sur terre plus ou moins longtemps. Et bien que ce réceptacle soit la création de l’homme et, sans lui, ne puisse être créé, néanmoins l’âme ne fait pas partie de sa création et est indépendante du corps – et, après la vie terrestre, dans le monde des esprits, elle cessera de se rappeler qu’elle a toujours été liée ou dépendante de la création de ses parents. L’âme, dans la vie spirituelle, en tant que vérité, est tellement séparée et dissociée de ce corps qui fut son foyer dans la vie terrestre qu’elle le considère comme une simple vision du passé et non comme un sujet à considérer.

Comme on vous l’a dit, l’âme a été créée par le Père bien avant son apparition dans la chair, et attendait cette incarnation dans le seul but de lui conférer une individualité qu’elle n’avait pas dans sa préexistence, et dans laquelle elle a une personnalité double – mâle et femelle – qui doit être séparée et individualisée. Nous, qui avons eu cette préexistence et cette incarnation dans la chair et avons obtenu cette individualité, nous connaissons la vérité de ce que je vous affirme.

Il y a une loi de Dieu qui contrôle ces choses qui rend ces âmes préexistantes capables de connaître la désirabilité de l’incarnation et elles sont toujours anxieuses et prêtes pour l’opportunité de naître dans la chair et d’assumer l’individualité séparée qu’elles sont privilégiées d’assumer. Comme les hommes fournissent le réceptacle pour leur apparition et leur retour, pour ainsi dire, elles prennent conscience de ce fait et profitent de l’occasion d’occuper le réceptacle, et deviennent ostensiblement un être humain et des êtres individualisés.

Je suis heureux que vous soyez en meilleure condition et que vous puissiez continuer les messages comme nous le souhaitons depuis un certain temps. Je serai avec vous et je vous aiderai de toutes les manières possibles, et j’espère que vous garderez votre foi et vos prières au Père. Bonne nuit et que Dieu vous bénisse.

Votre frère et ami, Jésus.

Note : Au sujet de l’incarnation de l’âme Jésus s’est également exprimé dans les messages suivants :

Lien vers le message original en Anglais : https://new-birth.net/padgetts-messages/true-gospel-revealed-anew-by-jesus-volume-2/incarnate-soul-by-jesus-vol-2-pg250/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s