Beethoven a toujours fait confiance à Dieu.

3 Janvier 2003

Santa Cruz, Californie

Reçu par F.A. B.

C’est moi, Ludwig van Beethoven.

Je viens aujourd’hui pour écrire un message sur mes expériences en rapport à la vie spirituelle. J’apprécie cette merveilleuse occasion de prendre contact avec la vie terrestre.

Il y a quelque chose que je souhaite que les mortels sachent : je n’ai jamais perdu ma confiance en Dieu, même si j’ai eu beaucoup de périodes désespérés. J’ai compris, tout au long de mes épreuves, que mes problèmes étaient les miens, et je devais les affronter.

Certes, j’ai souvent été, émotionnellement, en grave péril, mais c’est la pensée de Dieu qui a fini par chasser toutes les pensées de suicide. Je n’étais pas rebelle quant au destin – le bon mot est courageux. Il m’était presque impossible, parfois, de vivre avec ma surdité. Je l’ai reconnu comme ma malédiction, mais, comme on peut le voir dans ma musique, je n’ai jamais perdu espoir.

Et de mon plus grand point de vue, de l’autre côté de la vie, il est tellement plus facile pour moi de faire mon expérience de la Terre et de voir mon unité avec l’humanité. Car j’avais sur la terre une vision très élevée de la vie. Cela, plus ma surdité, m’a fait être en désaccord avec mes contemporains ; la plupart d’entre eux, je l’ai observé, ne partageaient pas cette vision. Et donc, je semblais être l’exclu, le paria. Mais malgré cet extérieur bourru, j’ai conservé tous mes meilleurs sentiments intacts, et c’est ce qui m’a permis de continuer à écrire de la musique émouvante.

Au début de la vie, j’ai compris que, d’un certain point de vue, la vie est une lutte, et elle est rarement facile. De sorte que, lorsque mes grandes crises sont venues, j’étais préparé par ces premières expériences dans l’adversité. Mais, bien sûr, je ne pouvais pas voir tout cela clairement jusqu’à ce que je passe le voile. Dans l’environnement protecteur et aimant du monde spirituel, j’ai vraiment compris et connu l’Amour que Dieu a vraiment pour Ses enfants et Ses créatures.

Et c’est parce que je n’ai jamais vraiment perdu l’espoir sur terre que j’ai hérité de beaucoup de joie et de bonheur. Je n’ai pas beaucoup souffert dans ma vie d’esprit, bien qu’il y ait eu certaines questions que j’ai dû aborder. Mais une fois que cela a été travaillé, j’ai été enfin libre de profiter de ma vie. J’ai retrouvé ce sentiment de possibilités juvéniles, et sans fin, que j’avais lorsque j’ai commencé ma vie adulte sur terre. Oh, c’était tellement doux d’entendre ! Et d’entendre à nouveau de la musique ! Et Ma musique! Combien j’étais reconnaissant envers Dieu pour la restauration de mes facultés auditives !

C’est suffisant pour l’instant. Dans un futur message, je ne parlerai plus de musique. Mais je vous remercie de votre générosité de cœur en nous permettant d’écrire à travers vous.

J’ajouterai, au sujet de votre composition, que vous finirez par reprendre, que certaines questions à ce sujet deviendront beaucoup plus claires pour vous.

Je vous souhaite une agréable soirée.

Je suis votre ami,

Beethoven.

Lien avec le message originel anglais : https://new-birth.net/contemporary-messages/messages-sorted-year/messages-2003/beethoven-always-trusted-god-fab-3-jan-2003/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s